A Paris aura lieu un festival où les blancs ne sont pas les bienvenus

02/06/2017 09:57

© Jeanne Monjoulet

En France, une controverse a éclaté concernant l'organisation en France du Festival Nyansapo, qui aura lieu le week-end des 29 et 30 Juillet prochains.

Ce festival est organisé par le collectif afroféministe Mwasi et il est pour partie réservé aux femmes noires. En effet, les organisateurs ont prévu une série d'ateliers auxquels les personnes blanches n'auront pas accès. Or, le festival Nyansapo se déroulera dans des locaux loués par la Ville de Paris à Mwasi. Un impair pour la maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), qui s'est empressée d'interdire le festival dans un premier temps.

Qu'est-ce que Mwasi ?

Sur son site web, Mwasi se décrit comme suit :

«Au sein de nos communautés et dans une société occidentale capitaliste et patriarcale, nous voulons lutter contre toutes les oppressions liées à nos position s de Femmes Noires . MWASI c'est aussi faire entendre les voix des Noires Africaines et Afrodescendantes dans leur diversité car notre Afroféminisme n'est pas un ensemble monolithique. Enfin, c'est se réapproprier nos identités et notre image en tant que Femmes (et personnes assignées femmes) Noires ».

Dans le cadre du festival Nyansapo, Mwasi a prévu des ateliers divisés en quatre catégories :

  • Ceux auxquels seules les femmes noires pourront participer (environ 80% du festival)
  • Les ateliers accessibles uniquement pour les personnes noires,
  • Un espace destiné aux femmes des groupes minoritaires (qualifiées de « racisées »),
  • Enfin, des ateliers ouverts à tous.


La Maire Anne Hidalgo a aboyé, mais elle n'a pas mordu

On a finalement appris que l'organisation de ce festival se poursuivait après une consultation avec le maire, mais que les ateliers qui ne sont pas ouverts à tout le monde seront organisés dans des locaux privés.

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme parle d'une honte, « Rosa Parks doit se retourner dans sa tombe».

Le collectif afrofémniste Mwasi, qui organise l'événement, a quant à lui demandé des excuses publiques à la ville de Paris pour le remue-ménage qui a été créé autour du festival. «En gros, notre programme originel n'a absolument pas changé.»