Construire un monde meilleur pour les filles

19/07/2014 17:25

Le Sommet international de la Fille se tiendra à Londres le 22 juillet 2014. Le but de cet événement, co-organisé par l'UNICEF ? Mettre fin au mariage précoce et aux mutilations génitales féminines, menaçant l'avenir de millions de filles partout dans le monde.                                           

Construire un monde meilleur pour les filles                         
A l'inverse de près de 70 millions de jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans, Madhalsi Sarkar, 17 ans, a échappé à un mariage précoce organisée par ses parents.© UNICEF/INDA2011-00300/Slezic    

                                        

Ce n'est pas une supposition, ni une hypothèse. C'est un fait : le développement mondial passe par l'émancipation des filles. Permettre aux filles de réaliser leur plein potentiel, libérées de toutes formes de violences et de discrimination est à la base de tout espoir de progrès pour les sociétés.
 
Pourtant, partout dans le monde, les droits des filles sont régulièrement violés, les empêchant de réaliser pleinement leur potentiel. Le mariage précoce et forcé ainsi que les mutilations génitales féminines, dont l'excision, restent des pratiques menaçant la santé, l'éducation et la liberté des jeunes filles à travers le monde.
  

Des millions de filles victimes

 
Et cela ne concerne pas seulement quelques filles. L'UNICEF estime qu'en 2012, près de 70 millions de jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans étaient mariées avant d'avoir eu 18 ans. Par ailleurs, plus de 125 millions de femmes vivantes aujourd'hui ont souffert de certaines formes de mutilations génitales dans les 29 pays où ces pratiques sont les plus exercées*. 
 
En plus de violer les droits fondamentaux des filles et des femmes tout en causant des douleurs physiques et psychologiques, ces pratiques détruisent des enfances, détournent de l'école et contribuent au cercle vicieux de la pauvreté.
 
Mais, il existe une bonne nouvelle : les choses changent.  Dans les familles et les communautés à travers le monde, de plus en plus de personnes refusent le mariage précoce et les mutilations génitales. Cependant, beaucoup reste à faire. Et le travail doit être fait ensemble.
 

Un sommet pour agir

 
C'est dans cette volonté de faire disparaitre le mariage précoce et les mutilations génitales qu'est organisé le 22 juillet à Londres le Sommet international de la Fille. A cette occasion, l'UNICEF et le gouvernement du Royaume-Uni accueilleront des dirigeants venus du monde entier, dont des représentants gouvernementaux, des organisations internationales, le secteur privé ainsi que des jeunes filles dans une mobilisation dont le but est simple et unique : venir à bout de ces pratiques, pour toujours.
 
Lors du sommet, des femmes ayant eu l'expérience des mariages forcés ou des mutilations génitales auront la parole. Ces femmes, qui aujourd'hui mènent le combat contre ces pratiques, partageront leur histoire ainsi que les bonnes pratiques à mettre en place dans les régions concernées.
 
La lutte contre le mariage forcé et les mutilations génitales féminine est essentielle et doit être menée maintenant. Si nous manquons à l'appel, des millions de filles, partout dans le monde, se marieront enfants ou subiront des mutilations. Leur avenir est entre nos mains.
 
 
*Somalie, Guinée, Djibouti, Égypte, Érythrée, Mali, Sierra Leone, Soudan, Burkina Faso, Gambie, Éthiopie, Mauritanie, Libéria, Guinée-Bissau, Tchad, Côte d'Ivoire, Kenya, Nigéria, Sénégal, République-Unie de Tanzanie, Yémen, République centrafricaine, Bénin, Iraq, Ghana, Togo, Niger, Cameroun, Ouganda.