Consultations Populaires

14/03/2014 10:54

La citoyenneté nationale ne doit plus être seulement l'évidence d'un simple fait d'appartenance à la communauté nationale, mais aussi et surtout relever d'un fait constitutionnel donnant au citoyen dans
« notre projet de société » toute sa force d'émanation du pouvoir et un capital humain à valoriser, atout essentiel de la transformation de la société.

La citoyenneté  est le substrat du droit qui se décline en une volonté écrite du peuple dans sa complexité, pour que le citoyen se réalise désormais dans la certitude de sa raison d'être.

Tout pouvoir politique s'appuie sur l'absolu que représente son potentiel électoral, cette évidence devrait
résonner dans les consciences des classes dirigeantes comme une permanente interpellation des institutions qui seraient en défaillance.

Ce repositionnement du citoyen au sein des institutions rehausserait l'image et la place de chaque individu au
sein de la société et donnerait une portée souveraine à ses attentes rendant ainsi imminent les choix référendaires des citoyens face aux défaillances des dirigeants et des institutions qu'ils animent.

La marche vers le progrès et le bien-être de nos concitoyens dans ce monde du nouveau millénaire exige des peuples autrefois reclus, oubliés ou blasés par tant de souffrances et de misères de tous ordres beaucoup plus de curiosité par l'ouverture au monde et plus d'adaptation par la mise à jour régulière des fondamentaux de la politique nationale pour arriver à impliquer toutes les générations à la dynamique nationale et à la recherche de résultats.

 La vie politique ne doit plus être le lieu de la consécration des égos.

La vie politique  est un espace d'expression citoyenne commun où les populations cherchent à se conformer aux réalités de leur temps, notamment aux enjeux de ce millénaire qui se veut tout autant rationnel,qu'exigent et plein d'humanisme.

Il  est cependant nécessaire de prendre conscience des difficultés que les classes dirigeantes précédentes ont éprouvé et éprouvent encore à cerner les vraies problématiques de notre société dans ses mutations.

Conscients de la complexité de ces problématiques dans la recherche des voies de réponse aux attentes des peuples ,conscient de la difficulté à matérialiser les idées et les expertises que portent les dirigeants politiques dans leurs efforts de recherche et de partage les richesses produites par les citoyens, Il est indispensable de rendre la parole au peuple au travers de «Consultations populaires ».

Ces Consultations Populaires devraient être consacrées dans une « loi constitutionnelle » pour les exempter de toute forme de  démagogie et de toute opération propagandiste.

Les Consultations Populaires serviraient à orienter la politique des dirigeants vers les réelles attentes des peuples.

L'état du pays y serait débattu avec les représentants politiques et les représentants de la société civile afin
d'évaluer la manière exhaustive  de mobiliser les populations à plus de citoyenneté, à plus de participation, à
fixer une ligne politique commune à long terme, et à bâtir un projet d'avenir communs.
Au terme de ces Consultations Populaires celle-ci seraient soumise à un vote référendaire.

Indignés par la cohorte des générations anonymes que le manque de vision et les gabegies politiques d'hier et d'aujourd'hui ont fait tomber dans des cercles vertueux de la précarité, de la pauvreté, du décrochage et de
l'indifférence;

Indignés par l'approximation de l'expertise politique nationale face à une mondialisation galopante, face à un manque de compétitivité de nos entreprises, face au manque d'attractivité de notre territoire, et face au
manque de partage des richesses;

Indignés par la stérilité de l'intellectualisme politique sans prise réelle avec la société.

Etant désormais en tant qu'indignés et aujourd'hui qu'acteurs, nous demandons que ce  passif soit amélioré en donnant à nos populations des ambitions porteuses de valeurs transformatrices et incubatrices.

Considérant que notre histoire dans toutes ses phases d'élaboration, de dysfonctionnement, d'harmonisation et d'éclosion, chacun de nous doit être le comptable du destin de notre société.

Nous réaffirmons notre adhésion aux valeurs et aux pouvoirs traditionnels consacrés par notre constitution et à la modernité comme capacité à s'adapter aux modes de gestions des nations de notre temps.

La mondialisation met à l'épreuve l'efficacité des citoyennetés et se révèle telle l'expression multiforme de son
altruisme que toutes les Etats doivent capitaliser pour inter-changer les biens communs de l'humanité, les richesses, le savoir-faire et tout ce qui concours au bien-être au partage.

La gestion de l'Etat est pour nous la conjugaison des énergies créatrices citoyennes, collectives, nationales, continentales et mondiales.

C'est la concertation qui permet de rechercher des avancées et de résorber les dysfonctionnements, les inégalités et aider les laissés-pour-compte.

C'est en cela que nous pensons que les Consultations Populaires assainiraient notre Démocratie devenu au fil du temps la Démocratie des castes, de l'entre soit, celle des biens pensants, la Démocratie élitiste de carriéristes multiformes à la pensée unique, la démocratie du dictat.

                     

Notre modèle Démocratique est devenu avec le temps, la seule Dictature à têtes multiples dirigée
par  nos politiques, nos représentants de la vie civile et ceux  de la « finance ».

BS/JM/AMI