Des robots terrestres armés pourraient prendre part au conflit ukrainien dès l'année prochaine

15/10/2017 05:40

Screenshot YouTube

Plusieurs dirigeants militaires ukrainiens ainsi que des responsables de l'industrie de la défense ont dévoilé en début de semaine leur projet de robot expérimental « Phantom » dans le cadre de l'exposition Association of the U.S. Army Show à Washington.

Ce robot équipé de chenilles ou de six roues et d'armes telles que des lances-grenades ou des mitrailleuses est actuellement en période d'essais. Le Phantom pourrait faire ses débuts et être envoyé sur le champ de bataille contre les troupes soutenues par la Russie dès l'année prochaine, ont expliqué les responsables ukrainiens.

La Russie possède également une kyrielle de robots terrestres susceptibles d'être utilisés dans les zones de conflit. Mais Moscou n'a fait aucun commentaire quant à cette possibilité. Le pays emploie par contre des drones divers capables d'identifier les positions ennemies et cibler les incendies.

Ces drones peuvent également pirater les signaux des antennes cellulaires afin de délivrer de faux messages, une méthode qui a déjà été utilisée contre les soldats ukrainiens et même contre les soldats de l'OTAN. En Syrie, les Russes utilisent aussi amplement des robots terrestres sans pilote, des UGV (Unmanned ground vehicle - Véhicule terrestre sans pilote) comme le Platforma-M, le Nerehta et l'Uran-9.

Conflit ukrainien

« Ce qui est intéressant en ce qui concerne le conflit ukrainien, c'est que les Ukrainiens développent des systèmes sans pilote qui, selon eux, sont censés les aider à se battre. Phantom est l'une de ses machines », a déclaré Samuel Bendett, responsable du Centre pour analyses navales de l'armée américaine.

Le Phantom a été conçu avec l'aide des informations provenant des troupes ukrainiennes de première ligne. Le général Andriy Kovalchuk, chef d'état-major et premier commandant adjoint des forces armées aéroportées d'Ukraine, a fait part des difficultés vécues sur le terrain pour protéger leurs armes face aux forces russes, principalement lors d'attaques électroniques hautement sophistiquées.

Toutes les données concernant ce type d'attaques ont été intégrées dans le système du robot Phantom. Ce dernier dispose d'une liaison de communication hyperfréquence de secours et est capable de revenir à son dernier point de cheminement lorsque le lien avec l'opérateur a été bloqué. En cas d'échec total contre les manœuvres de guerre électronique, le Phantom est équipé d'un câble de 7 km.