Des touristes britanniques ont visité Bagdad en 1950... Voici la ville magnifique qu'ils ont découverte

25/08/2014 13:23

Actuellement, presque aucun touriste n'envisagerait de visiter Bagdad pendant ses vacances. La région est en effet dévastée par la violence et la guerre.

Pourtant, pendant les années 50 du siècle dernier, Bagdad était, pour les touristes britanniques, une destination particulièrement prisée. Dans une vidéo sur YouTube, la Pathé britannique illustre cette glorieuse période touristique.

 « En ce moment, l'Irak tente de repousser une invasion du groupe terroriste ISIS, l'Etat islamique d'Irak et de Syrie », écrit Keith Estiler, chroniqueur sur Pixable.com. « L'esprit humain ne peut pas concevoir les atrocités commises par ces terroristes ».


« En outre, le pays a déjà beaucoup souffert sous le régime de Saddam Hussein et a dû endurer un conflit militaire avec son voisin l'Iran et deux guerres avec les Etats-Unis.

L'Irak actuel ne peut donc pas être comparé avec le pays qui était dans les années 50 une destination de rêve pour beaucoup ».

L'Etat Islamique a pendant sa récente marche sur l'Irak détruit de nombreux monuments historiques et religieux qui ne cadreraient pas avec la culture musulmane et a par conséquent causé un lourd dommage au patrimoine touristique du pays.

« L'Irak actuel n'est plus un pays reculé et isolé. Au contraire, aujourd'hui, il s'agit d'un carrefour principal entre l'est et l'ouest », fait remarquer Estiler.

Dans la séquence vidéo, on peut observer une image idyllique de l'Irak mais Estiler souligne toutefois que le pays fut le théâtre de lourds conflits avec notamment des attaques contre des ressortissants juifs.

Au Musée National irakien, une nouvelle section récemment inaugurée comprend actuellement plus de 500 objets historiques de la période hellénistique, qui avaient été volés par des bandes de pillards, il y a plus de 10 ans, après l'invasion américaine.

Les images de la vidéo proviennent de Hatra, un site classé au patrimoine mondial de l'Unesco, situé à 80 km au sud de Mossoul, aujourd'hui sous l'emprise de l'Etat islamique.

Liwa Smaysin, ministre irakien du Tourisme, met en garde contre le fait que l'Etat Islamique en Irak menace des centaines de sites archéologiques dans lesquels § entre autres, des mosquées et sanctuaires antiques risquent d'être détruits.

par Arnaud Lefebvre pour l'Express .be