Deutsche Bank: 'Seule une bulle peut maintenir le système financier actuel'

13/09/2014 12:58

Jim Reid et son équipe de la Deutsche Bank ont mené une étude de long terme sur les rendements de différentes classes d'actifs sur les marchés financiers, et ils concluent que sur les deux dernières décennies, les marchés financiers ont, d'une certaine manière, entretenu des bulles, parce qu'ils en avaient besoin : 

Sur la dernière paire de décennies, l'économie mondiale a vogué de bulle en bulle avec des excès qui n'ont jamais eu la possibilité de s'atténuer.

Au lieu de cela, des réponses politiques agressives les ont encouragés à produire de nouvelles bulles.

Ceci a contribué à faire du système financier moderne tel que nous le connaissons un sujet d'inquiétude permanente ».

Selon les auteurs, ce serait sur le marché des obligations souveraines que ces bulles seraient les plus évidentes. Ainsi, les taux d'intérêt sur les marchés européens sont au plus bas depuis un demi-millénaire.

Ils affirment que ce marché n'est pas sur le point d'éclater, mais que cette bulle est une condition  nécessaire pour maintenir le système actuel de gestion des crises, qui a produit beaucoup de dette publique sur les deux dernières décennies.

« L'inquiétude, c'est que cette bulle ne peut aller nulle part, étant donné qu'elle est maintenant entre les mains des prêteurs de dernier ressort (gouvernements et banques centrales avec des régulateurs qui s'assurent que les autres grands acheteurs demeurent captifs). », écrivent les économistes. Ils ajoutent:

Bien que nous pensons que cette bulle a besoin de se maintenir pour assurer la solvabilité du système financier actuel, le scénario le plus optimiste serait qu'elle éclate lentement au fil du temps au travers de rendements réels négatifs pour les porteurs d'obligations.

Le scenario le plus pessimiste étant une restructuration future. »

La bulle doit donc se maintenir pour assurer le maintien du système financier global actuel, et le désendettement qui devra être effectué à l'avenir.

Cependant, comme les taux d'intérêt ont tendance à continuer de baisser dans une grande partie du monde, pour partie en raison d'une croissance faible, et que l'endettement public tend à se développer, il est peu probable que les porteurs d'obligations souveraines ne réalisent un profit sur le moyen ou le long terme, car celui-ci pourrait être entamé par l'inflation, ou, plus radicalement, par une restructuration.

« Ce que personne ne dit, c'est que ce sont seulement les 1% qui bénéficient de la bulle », écrit Zero Hedge.

 « La richesse et les revenus de tous les autres obtiendront progressivement moins de bénéfices, ainsi que la Fed a été forcée de l'admettre, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien ».

http://www.express.be/business/fr/economy/deutsche-bank-seule-une-bulle-peut-maintenir-le-systeme-financier-actuel/207782.htm