En 2008 Le gouvernement américain à Yahoo: vos 'data' ou une amende de 250.000 dollars... par jour

13/09/2014 12:41

Le Washington Post rapporte qu'en 2008, le gouvernement américain a menacé Yahoo d'une amende quotidienne de 250.000 dollars si l'entreprise refusait de diffuser des données personnelles d'utilisateurs.

Pour l'entreprise, cette requête était clairement anticonstitutionnelle.

Les documents judiciaires rendus publics hier montrent comment les fonctionnaires fédéraux ont forcé les entreprises technologiques américaines à participer au programme de surveillance massive PRISM de la NSA, l'agence de sécurité nationale américaine.

A l'époque, la compagnie a décidé de porter l'affaire en justice.

Ces documents, plus de 1.500 pages de procès, décrivent la « bataille juridique secrète » qui a été finalement perdue par Yahoo qui n'a su résister aux pressions du gouvernement américain.

« Les documents publiés montrent à quel point nous avons dû nous battre quotidiennement contre les efforts de surveillance du gouvernement américain », a déclaré Ron Bell, l'avocat général de la société, dans un message.

« En 2007, le gouvernement américain a modifié une loi pour exiger des informations concernant les utilisateurs de services en ligne.

Nous avons refusé de nous conformer à ce que considérons comme de la surveillance massive inconstitutionnelle et nous avons contesté l'autorité du gouvernement des États-Unis », écrit encore l'avocat.

La décision de la Foreign Intelligence Surveillance Court de révision, la FISA Court, (une cour fédérale américaine pour superviser les demandes de mandats autorisant la surveillance, par les agences fédérales judiciaires américaines (FBI, NSA)), en faveur du gouvernement américain a été un moment clé dans le développement du programme de surveillance massive PRISM qui a aidé les fonctionnaires du gouvernement américain à convaincre d'autres entreprises de la Silicon Valley comme Google, Apple ou encore AOL à fournir des données personnelles en masse à la NSA, conclut le Washington Post.