Entre 1951 et 1963, des milliers de touristes se sont pressés à Las Vegas ... mais pas pour jouer

18/08/2014 12:12

par Audrey Duperron

© National Nuclear Security Administration / Nevada Field Office

Les touristes qui se rendent à Las Vegas aujourd'hui sont souvent éblouis par la profusion des décors rehaussés de néons et de multitudes de LED qui atteignent souvent 30 mètres de haut, mais par le passé, ils étaient fascinés par une lumière d'une toute autre nature.

En effet, la ville casino se distinguait alors par sa seconde particularité : elle se trouvait à proximité du site sur lequel l'armée américaine se livrait à des essais nucléaires dans l'Etat du Nevada.

Pendant 4 décennies, le département américain de l'Energie a procédé aux essais de plus de 1000 engins nucléaires dans le Nevada Test Site, situé à une centaine de kilomètres  au nord de Las Vegas.


La détonation d'une tête nucléaire en 1951 à plus de 300 mètres d'altitude dans le désert du Nevada a marqué le début des essais hors-sol, qui s'accompagnaient des fameux nuages typiques en forme de champignon, qui étaient visibles depuis Las Vegas.

« Ils éclairaient le ciel. Ils transformaient la nuit en jour », indique Allen Palmer, Directeur exécutif du National Atomic Testing Museum.

La ville de Las Vegas a vite compris comment exploiter ce phénomène.

La Chambre de Commerce publiait des calendriers qui indiquaient les dates des explosions, et les meilleurs sites pour les observer ; les casinos qui le pouvaient faisaient de la publicité pour vanter les expositions au nord de leurs salles, qui permettaient d'admirer le spectacle dans les meilleures conditions possibles ; ils proposaient des cocktails et des fêtes aux noms évocateurs tels qu'« atomic cocktail » ou « Dawn Bomb Party ».

Des concours de beauté étaient organisés sur le thème vestimentaire du champignon atomique, pour élire des « Miss Atomic Energy».

A cette époque, les gens avaient été choqués par les images des horreurs d'Hiroshima, et il régnait une certaine paranoïa des radiations et une angoisse profonde liée à la Guerre Froide qui intensifiaient la fascination qu'ils éprouvaient pour le nucléaire. 

Et à Las Vegas, ils pouvaient confronter leur peur d'une guerre atomique avec le spectacle mystérieux de sa préparation. « Les gens étaient fascinés par les nuages atomiques, par cette idée qu'ils délivraient les secrets de l'atome. Mais il y avait aussi une peur sous-jacente ; nous en étions si proches », se souvient Palmer.

Les essais se sont poursuivis jusqu'à la crise des Missiles Cubains en 1963, lorsque la signature du Traité sur l'interdiction des essais nucléaires dans l'espace y a mis fin.

Avec la disparition du spectacle des champignons atomiques, la peur s'est évanouie aussi au paradis du jeu américain.