Est-il normal que les groupes d'experts créés pour réfléchir sur la réglementation financière soient dominés par des spéculateurs? Des parlementaires européens s'insurgent contre ce phénomène...

15/09/2014 20:19

Vue extérieure du siège de la Commission européenne à Bruxelles, en 2007

Un groupe de parlementaires européens a demandé au Parlement européen de bloquer une somme qui devait être allouée à la Commission européenne pour la forcer à introduire plus de transparence dans les groupes d'experts.

Ses membres affirment que ces groupes d'experts, qui sont constitués pour conseiller la Commission Européenne dans le cadre de l'élaboration de nouvelles directives, sont souvent déséquilibrés dans leur composition, et qu'ils défendent surtout les intérêts des grandes entreprises.

Ils ne tiendraient donc que très peu compte, voire pas du tout, des opinions de la société civile, et émettraient des expertises partiales et des propositions de lois qui favoriseraient les grands groupes.

«Nous ne pouvons pas accepter cela », a commenté la députée allemande Verte Helga Trupel au site EU Observer.

Elle juge « absolument insupportable » que des spéculateurs puissent dominer des groupes d'experts appelés à donner leur avis sur la réglementation européenne en matière financière, ou que de grands groupes exploitant les énergies fossiles soient majoritaires dans ceux qui étudient les questions liées au changement climatique.

Elle a donc réclamé un amendement pour mettre les 3,8 millions d'euros attribués à la Commission au titre du budget 2015 sous réserve afin d'inciter ses dirigeants à satisfaire les demandes du parlement d'interdire l'accès de ces groupes d'experts aux lobbyistes et aux cadres d'entreprises « à titre personnel ».

Le groupe qu'elle a formé comprend 7 parlementaires de tous les grands groupes politiques, à l'exception des Libéraux (Alde).

Ils estiment que la Commission n'a pas respecté tous les accords qui avaient été conclus pour revoir le processus de constitution des groupes d'experts.

 Ils réclament donc que la Commission mette en place un processus de sélection plus ouvert, qu'elle garantisse un équilibre des positions, qu'elle publie en ligne les objectifs des participants, les minutes de leurs débats, et les propositions qu'ils soumettent.

De même, ils sollicitent que les observations d'une enquête menée par la médiatrice européenne Emily O'Reilly sur ce sujet soient aussi prises en compte.

Ce n'est pas la première fois qu'une demande de blocage de ce type est émise.

En novembre 2011, et mars 2012, les parlementaires avaient déjà demandé le blocage du budget de la Commission pour le même motif.

Malgré cela, les députés et les ONG qui luttent pour plus de transparence déplorent que plusieurs nouveaux groupes d'experts qui ont été formés entretemps demeurent bien trop orientés vers la défense des intérêts des industriels.

http://www.express.be/business/fr/economy/est-il-normal-que-les-groupes-dexperts-crees-pour-rflchir-sur-la-rglementation-financiere-soient-domins-par-des-spculateurs-des-parlementaires-europens-sinsurgent-contre-ce-phnomne/207831.htm