État islamique : Barack Obama présentera son "plan d'action" mercredi

07/09/2014 21:14

Le Point  et AFP

 Le président américain a répété qu'il ne prévoyait pas l'envoi de troupes au sol et qu'il n'entendait pas lancer "l'équivalent de la guerre en Irak".

Le président américain Barack Obama, le 5 septembre 2014.

Le président américain Barack Obama, le 5 septembre 2014. ©Yunus Kaymaz /ANADOLU AGENCY

Le président américain Barack Obama a annoncé dimanche qu'il présenterait mercredi son "plan d'action" pour lutter contre l'État islamique, martelant qu'il ne prévoyait pas l'envoi de troupes américaines au sol et qu'il n'entendait pas lancer "l'équivalent de la guerre en Irak".

"La prochaine phase est maintenant de passer à une forme d'attaque. (...) Je rencontrerai les leaders du Congrès mardi. Et mercredi, je ferai un discours et décrirai ce que va être notre plan d'action", a-t-il expliqué dans un entretien à NBC News diffusé dimanche et réalisé samedi à la Maison-Blanche, au lendemain de son retour du sommet de l'Otan au pays de Galles.

"L'EI représente une menace en raison de ses ambitions territoriales en Irak et en Syrie. Mais la bonne nouvelle, qui vient du dernier sommet de l'Otan, est que la communauté internationale dans son ensemble comprend qu'il s'agit d'une menace à laquelle il faut faire face", affirme Barack Obama.

"Ce n'est pas l'équivalent de la guerre en Irak"

Les représentants de dix pays (États-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Turquie, Pologne, Danemark, Canada, Australie) se sont réunis vendredi en marge du sommet de l'Otan pour jeter les fondements d'une coalition, mais les objectifs concrets et les contours de cette dernière restent, à ce stade, assez vagues, tout comme le rôle que chacun des pays pourrait y tenir.

Interrogé sur sa stratégie, le président américain insiste, dans cet entretien diffusé dans l'émission Meet the Press, sur le fait qu'"il ne s'agit pas d'envoyer 100 000 soldats américains". "Ce ne sera pas l'annonce de l'envoi de troupes américaines au sol. (...) Ce n'est pas l'équivalent de la guerre en Irak."

"Nous allons faire partie d'une coalition internationale en menant des frappes aériennes en soutien au travail sur le terrain par les troupes irakiennes et kurdes", explique-t-il. "Nous allons les affaiblir. Nous allons réduire la taille du territoire qu'ils contrôlent. Et, en fin de compte, nous les vaincrons", poursuit le président américain, qui estime que cela nécessitera des ressources supérieures à celles que les États-Unis consacrent actuellement à cette région.

Zone de frappes américaines étendue

Barack Obama, dont le discours de mercredi interviendra à la veille du 13e anniversaire des attentats du 11 Septembre, réaffirme qu'il ne dispose pas, à ce stade, d'informations faisant état de menaces sur le territoire américain de la part de l'EI.

Mais si les djihadistes ultra-radicaux parviennent à "contrôler des pans importants de territoire, à amasser plus de ressources et d'armes et à attirer plus de combattants étrangers", ils pourraient, à terme, devenir une réelle menace aux États-Unis, met-il en garde. Les avions de combat américains ont étendu pour la première fois à l'ouest de l'Irak leur zone de frappes contre les djihadistes afin de protéger le barrage stratégique de Haditha.

Jusque-là, les États-Unis avaient concentré leurs frappes sur les positions de l'EI au nord de Bagdad, aidant l'armée irakienne appuyée par les combattants kurdes et les miliciens chiites à reprendre quelques secteurs à l'EI, principalement le barrage de Mossoul.