Gaza: le «désarmement des terroristes» reste la priorité d'Israël

11/08/2014 07:18

par RFI

media

Tzipi Livni, la ministre israélienne de la Justice.AFP/ Gérard Cerles

Un cessez-le-feu est entré en vigueur cette nuit dans la bande de Gaza. Les factions palestiniennes ont accepté d'interrompre les tirs de roquettes en direction du territoire israélien pour 72 heures.

Le temps de laisser la place aux négociations qui doivent reprendre au Caire en Egypte.

C'était la condition imposée par Israël avant toutes discussions. Mais l'Etat hébreux ne semble pas prêt à faire beaucoup de concessions.

Avec notre correspondant à Ramallah,Nicolas Ropert

Tzipi Livni, la ministre israélienne de la Justice, a réaffirmé la position de son gouvernement : la démilitarisation des groupes combattants palestiniens est la priorité. Dans le viseur israélien, le Hamas et sa branche armée : 

« L'ouverture des frontières de la bande de Gaza ne sera fera pas seulement en échange de notre sécurité, mais aussi contre le désarmement des organisations terroristes.

Cela a toujours été réclamé lors des précédents accords avec les Palestiniens. Cela n'est pas une nouvelle demande israélienne. »

La ministre de la Justice a proposé en fin de semaine dernière que l'Autorité palestinienne, dirigée par Mahmoud Abbas, reprenne le contrôle de la bande de Gaza.

Un moyen de remettre le président palestinien dans le jeu et d'éviter de discuter avec le Hamas. « La base des précédents accords entre Israéliens et Palestiniens n'a jamais été acceptée par certains, affirme Tzipi Livni.

Ce sont les mêmes qui ne vont pas respecter ceux (les accords) dont nous discutons. Donc les accords finaux devront être négociés avec ceux qui représentent la partie d'un point de vue national, pas d'un point de vue religieux. Ceux qui sont prêts à trouver une issue au conflit. »

Mais la position de Tzipi Livni est loin d'être majoritaire dans le gouvernement israélien. Certains ministres réclament la destruction du Hamas et le maintien du blocus. Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, devra trancher.