Google veut faire reculer la mort

29/07/2014 20:27

Le Point.fr - Publié le

Le géant du Web lance une étude destinée à dresser le portrait génétique d'un humain bien portant. Le Big Data au service de la santé.

Le fondateur de Google Sergueï Brin est particulièrement sensible aux questions de santé, lui-même est atteint de la maladie de Parkinson.
Le fondateur de Google Sergueï Brin est particulièrement sensible aux questions de santé, lui-même est atteint de la maladie de Parkinson. © JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Par Chloé Durand-Parenti

Construire le portrait génétique et moléculaire d'un être humain en parfaite santé afin de pouvoir détecter la maladie avant même l'apparition des premiers symptômes, telle est la nouvelle mission que s'est fixé le géant Google.

Pour cela, le moteur de recherche a annoncé qu'il allait collecter un maximum de données médicales - analyses de sang, d'urine, d'ADN, tension, rythme cardiaque etc. -, dans un premier temps, sur un échantillon de 170 personnes et, à terme, sur plusieurs milliers de volontaires.

Le projet, baptisé Baseline Study, sera mené au sein de Google X, le laboratoire de recherche et développement très secret du groupe qui s'est déjà illustré, côté santé, pour son projet de lentille connectée destinée au diabétique.

Pour son pilotage, la firme s'est offert les services du docteur Andrew Conrad, un spécialiste chevronné en biologie moléculaire qui, selon le Wall Street Journal, aurait déjà constitué une équipe de 70 à 100 experts dans diverses disciplines de la biologie et de la santé.

Big Data

L'idée centrale est d'amasser et d'analyser une importante masse de données - ce qui est le coeur de métier de Google - afin de dégager des biomarqueurs permettant de démasquer une maladie à stade ultra-précoce ou de signaler une probabilité importante du développement de telle ou telle pathologie en fonction de multiples facteurs.

Google a juré que ces données personnelles, intimes même, seraient rigoureusement anonymisées. On imagine ce que pourraient donner de tels renseignements s'ils tombaient dans les mains des assureurs ou même des banques qui délivrent des prêts aux particuliers.

Quoi qu'il en soit, avec Baseline Study, le géant du Web signe une nouvelle fois sa volonté d'investir, avec le Big Data, le domaine de la santé.

Déjà, en 2013, Google avait créé une toute nouvelle structure baptisée Caraco et dont l'ambitieux objectif était de donner à la recherche les moyens d'allonger encore significativement la durée de vie des hommes.

De même, Le groupe a investi près de 3 millions d'euros dans une entreprise spécialisée en génétique du nom de 23andMe qui offre aux particuliers d'utiliser la génétique pour reconstituer leur généalogie ou pour s'informer des maladies qu'ils risquent de développer.