Irak : les États-Unis bombardent des positions de l'État islamique

08/08/2014 15:42

Washington a attaqué vendredi l'artillerie des djihadistes qui menaçaient le personnel américain basé à Erbil, dans le Kurdistan irakien.

Un militant de l'État islamique en Irak et au Levant, le 11 juin 2014.

Un militant de l'État islamique en Irak et au Levant, le 11 juin 2014. ©WELAYATSALAHUDDIN /AFP

Les États-Unis ont bombardé des positions d'artillerie de l'État islamique en Irak qui menaçaient le personnel américain basé à Erbil, dans le Kurdistan irakien, a annoncé vendredi le Pentagone.

"Des avions militaires américains lancent des frappes contre l'artillerie de l'État islamique.

L'artillerie a été utilisée contre des forces kurdes qui défendent Erbil, près du personnel américain", a déclaré l'amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone, sur Twitter.

L'amiral Kirby a précisé peu après que vers 10 h 45 GMT deux chasseurs bombardiers F/A 18 avaient largué des bombes de 250 kilos guidées par laser sur une pièce d'artillerie mobile près d'Erbil.

Cette pièce d'artillerie servait à bombarder des forces kurdes à Erbil, dans le Kurdistan irakien, et menaçait le personnel américain basé dans la ville, a souligné ce porte-parole du Pentagone.

"La décision de frapper a été prise par le centre de commandement américain avec l'autorisation du commandant en chef" Barack Obama, a-t-il encore indiqué.

Éviter un "génocide"

Les combattants de l'État islamique (EI) avaient pris jeudi Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d'Irak, et se sont emparés du plus grand barrage du pays, à Mossoul, cité qu'ils contrôlent depuis le 10 juin.

Depuis dimanche, leur avancée dans le nord du pays a fait fuir des dizaines de milliers de personnes, ce qui a conduit le président américain Barack Obama à autoriser jeudi soir des frappes aériennes pour éviter un "génocide" et contrer l'avancée des djihadistes.

Le président américain a accusé l'EI de viser "la destruction systématique de la totalité (...) du peuple (yazidi), ce qui constituerait un génocide".

Il a en outre prévenu les djihadistes qu'ils seraient visés par d'éventuelles frappes aériennes s'ils tentaient de marcher sur Erbil.

"Nous allons être vigilants et prendre des mesures si (les djihadistes) menacent nos installations n'importe où en Irak, notamment le consulat (américain) à Erbil et l'ambassade à Bagdad", a déclaré Barack Obama.

Deux ans et demi après le départ du dernier soldat américain d'Irak, l'armée de l'air américaine avait parachuté ces derniers jours des vivres et de l'eau aux civils piégés dans les montagnes.