Iraq : l'envoyé de l'ONU appelle les leaders politiques à respecter le rôle du Président

11/08/2014 20:17

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq, Nickolay Mladenov. Photo: ONU/Amanda Voisard

11 août 2014 - Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq, Nickolay Mladenov, a exprimé lundi sa profonde préoccupation concernant les derniers développements politiques dans le pays et a appelé les leaders politiques à respecter les responsabilités constitutionnelles du Président.


« Le Président de l'Iraq, Fouad Masoum, assume ses fonctions en conformité avec la Constitution et le processus politique démocratique », a dit M. Mladenov dans un communiqué de presse.

« Je suis convaincu que, conformément à son obligation constitutionnelle, il va demander au plus grand bloc de désigner au poste de Premier ministre un candidat pouvant établir un gouvernement à base large et inclusive qui soit acceptable pour toutes les composantes de la société iraquienne.

Il appartient aux membres du Parlement de décider qui est ce bloc », a ajouté le Représentant spécial.

M. Mladenov a également appelé tous les Iraquiens à faire preuve de retenue en ce moment dangereux et a souligné que les forces de sécurité devaient s'abstenir de toute action pouvant être considérée comme une ingérence dans les questions liées au transfert démocratique du pouvoir politique.

Selon la presse, le Premier ministre Nouri Al-Maliki a accusé dimanche le Président Fouad Massoum d'avoir violé la Constitution, au prétexte qu'il ne lui avait pas confié la formation d'un nouveau gouvernement.

La Cour fédérale lui avait donné raison, soulignant que selon la Constitution, le président devait désigner un chef de gouvernement issu de la première force du Parlement.

Or, le parti de M. Maliki est le groupe politique le plus important. Lundi, l'Alliance nationale, la principale coalition chiite au Parlement, a officiellement désigné Haïdar Al-Abadi comme candidat au remplacement de M. Maliki. Le président Massoum l'a confirmé, et l'a ensuite chargé de former le nouveau gouvernement.

De son côté, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a annoncé lundi le lancement d'une campagne de vaccination contre la polio menée par le Ministère iraquien de la santé avec le soutien de l'UNICEF et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Il s'agit de répondre à la réapparition du virus de la polio cette année en Iraq après sa disparition pendant quatorze ans.

« Cette campagne intervient à un moment critique où le pays est confronté à un énorme exode interne d'enfants fuyant la violence », a dit le Représentant de l'UNICEF en Iraq, Marzio Babille. « Il s'agit d'une priorité pour l'UNICEF »

La campagne de vaccination, qui doit durer quatre jours, concerne les enfants dans les zones de conflit, au sein des communautés de déplacés et des populations d'accueil.