Iraq : le Conseil des droits de l'homme va envoyer une mission pour enquêter sur les crimes de l'EIIL

02/09/2014 20:33

La Haut-Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l'homme, Flavia Pansieri. Photo HCDH

Le Conseil des droits de l'homme a décidé lundi d'envoyer d'urgence une mission du Haut-Commissariat aux droits de l'homme en Iraq pour enquêter sur toutes les violations du droit international humanitaire et des droits de l'homme commises par le groupe terroriste l'État islamique d'Iraq et du Levant (EIIL) et les groupes qui y sont associés.

« Selon nos informations, des actes inhumains d'une brutalité inouïe ont été commis », a affirmé la Haut-Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l'homme, Flavia Pansieri, à l'ouverture, à Genève, de la session spéciale du Conseil consacrée à la situation en Iraq.

Le Conseil des droits de l'homme a adopté une résolution condamnant les violations et abus des droits de l'homme et du droit international humanitaire commis par l'EIIL dans plusieurs provinces de l'Iraq et qui sont susceptibles de constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

Mme Pansieri a indiqué que la mission du Haut-Commissariat des droits de l'homme (HCDH) en Iraq recueille de plus en plus de preuves d'abus et violations dans les zones contrôlées par l'EIIL en Iraq et que ces preuves serviront à établir les responsabilités pour mettre un terme à toute impunité.

Dans sa résolution, le Conseil condamne fermement toute forme de violence, en particulier contre les personnes en raison de leur appartenance religieuse ou ethnique ainsi que la violence contre les femmes et les enfants.

« Le conflit a eu des conséquences catastrophiques pour les enfants d'Iraq », a déclaré Mme Pansieri, en précisant qu'un grand nombre d'enfants ont été tués, tandis que d'autres ont été victimes de sévices physiques et sexuels, dont les séquelles peuvent perdurer pour le reste de leur vie.

« Les enfants appartenant aux communautés ethniques et religieuses ciblées par l'EIIL ont particulièrement souffert », a-t-elle ajouté.

Les communautés chrétienne, yézidie, turkmène, shabak, kaka'e, sabéenne et chiite sont victimes d'une « persécution particulièrement brutale », dans le cadre de ce que Mme Pansieri a qualifié de nettoyage ethnique et religieux dans les zones sous le contrôle de l'EIIL.

« Il est difficile de déterminer le nombre réel de victimes. Beaucoup ont été tuées directement, d'autres ont été privées de nourriture, d'eau ou de médicaments », a expliqué la Haut-Commissaire adjointe.