L'armement, poids lourd des exportations françaises

11/09/2014 09:21

media

Un navire «Mistral», construit initialement pour être livré à la Russie.AFP PHOTO/ROSLAN RAHMAN 

Il est un secteur de l'économie française qui se porte très bien, c'est celui de l'armement !

Les ventes d'armes françaises à l'étranger sont en hausse, l'année 2013 devrait même rester dans les annales.

 C'est l'un des meilleurs crus de ces dix dernières années. 

En 2013, les commandes ont augmenté de 43% par rapport à 2012,  pour un montant total d'armes vendues de 6 milliards 870 millions d'euros.

D'excellents résultats qui permettent à la France de se maintenir au 4e rang mondial des exportateurs d'armements derrière les Etats unis, le Royaume-Uni et la Russie.

L'année record, le pic, c'était en 2009. La France avait vendu dans le monde pour  8 milliards 200 millions d'euros d'armes, mais cette année-là avait été aussi marquée par la signature d'un contrat géant avec le Brésil comprenant notamment la livraison par DCNS, la Direction des chantiers navals, de 4 sous-marins de type Scorpène.

Un contrat géant au montant géant : 6 milliards 700 millions d'euros. Un pic avant le ralentissement des années 2010 2011.

Le secteur redémarre clairement depuis deux ans. L'année 2012 avait été bonne, 2013 meilleure encore.

Ce dont se félicite bien sur le ministère de la Défense, l'export représente en effet bien souvent une part importante du chiffre d'affaires des entreprises du secteur.

Les marchés gagnés à l'export entretiennent les chaînes de production en France, et compensent les difficultés liées aux économies budgétaires au niveau national.

Hausse favorisée par la conjoncture internationale

La raison la plus évidente de cette hausse des exportations,  c'est le contexte international très instable, notamment au Moyen-Orient.

Entre inquiétude liées aux conflits armés à Gaza et en Syrie, la flambée des tensions en Irak, en Libye.

Les dépenses du Moyen-Orient, en matière d'armements, ont bondi de 30% ces deux dernières années, et cela se traduit évidemment en contrats signés.

Près de 40% des commandes avec la France conclues l'an dernier l'ont été avec des pays du Golfe, avec l'Arabie saoudite. C'est de très loin la meilleure cliente de la France avec près de 2 milliards d'euros de contrats signés l'an dernier, dont un significatif d'un milliard d'euros signé il y a tout juste un an pour la modernisation d'une partie de la flotte militaire du royaume.

Ce qui permet à l'Arabie saoudite de réaffirmer son statut de puissance régionale.

On notera aussi les contrats signés avec les Emirats et le Maroc, clients d'hélicoptères, de satellites espions, et de frégates militaires, et l'Asie, la Russie où les ambitions nationalistes se sont renforcées, et qui ont vu leurs dépenses en armement augmenter en écho.

2014, année prometteuse

L'année 2014 s'annonce très prometteuse, mais le Mistral pourrait être un grain de sable dans les rouages.

 François Hollande, le président français, a conditionné la livraison des navires de guerre achetés par la Russie en 2011 à l'évolution de la situation en Ukraine.

Et si livraison il ne devait pas y avoir, cela pourrait mettre à mal la crédibilité du vendeur France, et effrayer l'Inde, qui observe l'évolution de ce dossier de près.

L'Inde qui négocie avec Paris pour l'achat de 126 avions de chasse Rafale, ce qui serait le premier contrat à l'export de la France avec New Dehli.