L'Italie lance une alerte mondiale après qu'un rapport a affirmé que le Pape François était 'dans la ligne de mire' de l'Etat islamique

31/08/2014 09:49

par Mylène Vandecasteele

- Sourire - Tiziana Fabi

Le  journal Il Tempo affirme que le pape François est dans la ligne de mire de L'Etat islamique (EI).

Ce journal tiendrait cette information de sources israéliennes.

Le pape serait ciblé parce qu'il est le plus grand représentant des religions chrétiennes et qu'il est le «porteur de fausses vérités ».

Le Vatican a nié catégoriquement cette information. «  Il n'y a rien de sérieux dans cela.

Il n'y a aucune inquiétude particulière au Vatican. Cette information n'a aucun fondement. », a indiqué Federico Lombardi, le porte-parole du Vatican à la Catholic News Agency.

Mais la même agence de presse a aussi affirmé que l'Italie avait lancé une alerte terroriste internationale, bien qu'il n'y ait aucune menace ou preuve que de possibles attaques pourraient être imminentes.

Le ministre de l'Intérieur italien Filippo Bubbico a dit que l'Italie et le Vatican couraient autant de risques que l'EI lance des attentats terroristes contre ce qu'ils estimaient être des «cibles sensibles » à Rome et ailleurs.

 En particulier, les ambassades étrangères de l'Italie et celles du Saint-Siège, les bus et les gares, les ports, les aéroports et les agences de voyage pourraient être visés.

Les autorités italiennes envisagent de restreindre l'accès à l'espace aérien au-dessus du Vatican et le ministère italien des Affaires étrangères, tandis que des forces de police seront déployées dans les centres de transports publics et les sites touristiques très fréquentés tels que le Coliseum et la place Saint-Pierre.

« L'IS pose une menace pour l'Europe et le reste du monde, et nous en Italie, nous sentons particulièrement exposés » a déclaré Bubbico à la chaîne de télévision italienne Sky News.

Selon le journal Corriere della Sera, une cinquantaine d'Italiens combattraient dans les rangs de l'EI.

80% d'entre eux seraient de « vrais Italiens», et les 20% restants seraient des fils d'immigrés, ce qui a écarté l'hypothèse selon laquelle l'immigration clandestine pouvait avoir joué un rôle dans leur recrutement.

Le journal a également publié cette semaine une interview du recruteur de djihadistes Imam Bilal Bosnic, qui a admis avoir tenté de recruter des musulmans italiens convertis pour combattre avec l'EI, et financer l'organisation terroriste.

L'homme a défendu l'enlèvement de deux travailleuses humanitaires italiennes enlevées en Syrie et la décapitation du journaliste américain James Foley:

"Je comprends que cela puisse sembler terrible à entendre, mais nous sommes en guerre, et c'était une tactique de guerre.

Nous, musulmans, sommes convaincus que le monde entier sera un jour un État islamique.

Notre objectif est de veiller à ce que même le Vatican soit musulman.

Je ne serai peut-être pas en mesure de le voir, mais ce jour viendra. "

http://www.express.be/joker/fr/platdujour/litalie-lance-une-alerte-mondiale-apres-quun-rapport-a-affirme-que-le-pape-franois-etait-dans-la-ligne-de-mire-de-letat-islamique/207468.htm