La jeunesse éternelle à la portée de l'industrie pharmaceutique

06/08/2017 13:53

Jane Fonda

Certains virus provoquent des maladies, raison pour laquelle des vaccins ont été créés par l'homme comme mesures préventives. Le processus de vieillissement peut également engendrer des maladies. Cependant, selon des scientifiques du Albert Einstein College of Medicine à New York, il existe des médicaments capables de préserver la santé et en même temps d'offrir une solution à certaines maladies auxquelles l'homme peut être confronté avec l'âge.

Les scientifiques souhaitent entamer des essais cliniques, mais se heurtent à la difficulté de trouver les budgets nécessaires.

Jeunesse éternelle

« Dans les pharmacies, vous pouvez trouver des rayons entiers de suppléments alimentaires et de lotions qui promettent la jeunesse éternelle, mais actuellement, il n'existe sur le marché aucun médicament reconnu et approuvé pour retarder le processus de vieillissement et l'apparition des maladies inévitables qui l'accompagnent », écrit Akshat Rathi dans Quartz.

Selon le professeur Nir Barzilai, directeur de l'Institute for Aging Research auprès du Albert Einstein College, certains produits employés chez les animaux ont prouvé leur capacité à freiner le processus de vieillissement et pourront sans doute être efficaces chez l'homme. Le professeur se réfère à la metformine, un médicament déjà utilisé pour traiter certains types de diabète.

« Des examens sur animaux ont déjà montré que la metformine peut être utilisée pour retarder la formation de cancers, pour prévenir les maladies cardiaques et lutter contre les troubles cognitifs », souligne Nir Barzilai. Le chercheur a déposé un dossier sur la metformine auprès de l'American Food and Drugs Administration (FDA).

Selon Akshat Rathi, il existe outre de nombreux autres produits encore plus prometteurs pouvant agir de manière efficace contre le vieillissement. Il fait référence à la rapamycine, un produit employé lors des greffes d'organes pour empêcher le corps de rejeter l'organe. La rapamycine semble ralentir le vieillissement chez les souris.

Protection des brevets

Le professeur Barzilai espère démarrer rapidement son projet expérimental intitulé « Targeting Aging with Metformin »  (TAME) au cours duquel il veut tester ce produit sur 3.000 personnes âgées de 70 à 80 ans. Ce projet durerait de 5 à 7 ans et exige un investissement de 50 millions de dollars.

« Bien que le vieillissement soit l'objet de toutes les attentions, les scientifiques ne disposent pas d'un budget suffisant pour entamer leurs recherches », explique Akshat Rathi.

Par ailleurs, les entreprises pharmaceutiques ne semblent pas très enclines à investir dans la recherche avec des produits existants qui souvent sont en fin de protection de brevet et ne peuvent donc donner lieu qu'à peu de bénéfices.

« Si l'on tient compte des nombreux problèmes liés au processus de vieillissement, il est vraisemblable que le secteur pharmaceutique verra des opportunités financières dans la recherche de nouveaux médicaments qui peuvent agir sur l'influence du vieillissement. Cependant, il serait déplorable que des produits existants et efficaces, comme la metformine et la rapamycine , restent simplement sur les étagères des laboratoires alors qu'ils pourraient prolonger la vie des personnes », conclut Akshat Rhaki.