La révélation des impacts de la pauvreté - étape par étape

29/08/2014 12:00
Harriet Lamb -Mercredi, Mai 28, 2014
Publication: The Huffington Post       

Révéler les impacts de la pauvreté

Le commerce équitable Fairtrade est un énorme travail complexe toujours en cours.

Nous n'avons jamais prétendu à nous attaquer à toutes les nombreuses injustices causées aux personnes vivant dans la pauvreté, ou d'avoir atteint le nirvana de l'équilibre des échanges commerciaux et de ses problèmes mondiaux que par magie.

Au contraire, nous sommes acharnés à défaire les impacts entrelacés de la pauvreté dans le commerce mondial, une étape à la fois. Mais, chaque fois que nous faisons des progrès, nous découvrons un autre problème, qui demande encore plus d'attention.

Nous constatons que le commerce équitable Fairtrade à un impact positif sur les petits fermiers et leurs communautés ainsi que pour les travailleurs salariés de ces fermes et plantations certifiées Fairtrade. Nous n'avons jamais prétendu d'atteindre toutes les personnes vivant dans l'abjecte pauvreté - par exemple dans les bidonvilles sans terrains. On se concentre surtout sur les fermiers qui produisent des récoltes pour l'exportation. Ces derniers sont défavorisés, mais ne sont pas les plus pauvres du pays.

Un nombre croissant de recherches universitaires documente très bien la contribution du commerce équitable Fairtrade aux retombées financières positives pour les agriculteurs, ses travailleurs et ses communautés à travers les régions et les produits que nous représentons. Par exemple, les recherches effectuées par l'Université de Göttingen en Ouganda sur les divers systèmes de certification ont constaté que les revenus des agriculteurs travaillant les fermes certifiées équitables Fairtrade ont augmenté de plus de 30%.

Les recherches menées en Asie, en Afrique et en Amérique latine par l'institut des ressources nationales (NRI) a constaté que " les femmes et les enfants ont particulièrement bénéficié des investissements issus directement des primes du commerce équitable Fairtrade: tel que bâtir plus de dispensaires, des salles de classe, des dortoirs pour filles, d'ériger des tuyaux et des réservoirs d'eau, améliorer les installations ainsi que la diversification des moyens de subsistance et de ses activités ".

Nous avons fait des progrès. Mais il y aura toujours la prochaine vague de défis qui se présentera. Le changement climatique frappe les agriculteurs très durement et leur productivité pique du nez, tout comme les saisons changeantes qui font une spirale hors de contrôle. Au cours des dernières années, la question importante est de savoir comment atteindre efficacement les travailleurs occasionnels et ses travailleurs migrants dans les petites fermes agricoles.

Au mois de mai cette année, une nouvelle étude menée par l'université de Londres (SOAS) met la priorité sur le cas des travailleurs occasionnels et les travailleurs temporaires.

Leurs trouvailles portent en particulier sur les femmes qui n'ont pas d'éducation qui sont soit séparées ou divorcées et même veuves et qui sont obligées de prendre des emplois temporaires qu'elles trouvent dans la campagne pour être en mesure de survivre.

Le rapport fournit un aperçu des moments dans la vie des travailleurs par le moyen d'entrevues dans des sites sélectionnés en Éthiopie et en Ouganda, y compris les domaines dans lesquels trois coopératives certifiées équitables Fairtrade sont présentes.

Il est très important de souligner que la recherche effectuée couvre les travailleurs sur les fermes non certifiées proviennent d'une panoplie de fermes de diverses tailles, soit de moyennes à grandes contrairement aux fermes du commerce équitable Fairtrade qui sont en fait des petites coopératives. La comparaison n'est vraiment pas la même.

En plus, on doit noter que la ferme certifiée équitable Fairtrade mentionnée dans la recherche n'était plus certifiée  Fairtrade peu de temps après que la recherche fut effectuée par SOAS, tandis que la ferme de fleurs éthiopienne citée comme étant non certifiée dans l'étude est en fait certifié équitable Fairtrade depuis 2012.

La conclusion de SOAS sur la situation des travailleurs qui ont été passés en entrevue dans les douze sites différents n'est pas surprenante, ceci nous laisse à vraiment réfléchir. Les ouvriers agricoles sont décrits comme "désespérément privés» d'éducation, d'alimentation, d'accès et l'appropriation de biens (même de ne pas avoir les produits de base, comme une simple lampe à pétrole), il est convenu que les travailleurs occasionnels sont les plus défavorisés de tous.

Nous sommes d'accord avec la SOAS de vouloir attirer l'attention mondiale sur ces travailleurs cachés. Nous reconnaissons et estimons les idées retenues de ces recherches qui démontrent le type et les conditions de travail subis par les ouvriers agricoles qui restent vulnérables. Nous sommes par contre en désaccord total des conclusions sauvagement généralisées et sensationnalistes émises par SOAS sur le sujet du commerce équitable Fairtrade. Ceci est dommage puisque le rapport de recherche lui-même pourrait être beaucoup plus utile et mesuré.

Néanmoins, nous espérons que les données SOAS vont aider à résoudre ce prochain grand défi - comment mieux atteindre les travailleurs temporaires et les travailleurs occasionnels et d'assuré que les avantages du commerce équitable puissent les inclure.

Il est important de stipuler que ceci n'est pas un défi seulement laissé à Fairtrade. Loin de là !

Comme le démontre leur recherche, ces travailleurs ne profitent pas d'interventions - Les syndicats ne les ont pas atteints, ni les entreprises, ni les gouvernements, ni les organisations non gouvernementales (ONG). Donc, il faut trouver des solutions très pratiques et particulières pour les atteindre et les inclure, notons que ceci ne sera pas facile.

Chez Fairtrade nous avons jusqu'à présent mis l'accent sur la façon d'améliorer les conditions pour les petits agriculteurs - 80% des hommes et des femmes dans le commerce équitable Fairtrade - et pour les travailleurs des fermes et plantations. Maintenant, le grand défi est de franchir une autre étape, soit contrer la pauvreté qui existe dans le commerce: Il faudra examiner de plus près les conditions de travail de ces travailleurs temporaires et occasionnels qui aident, par exemple, lors de la récolte sur les petites fermes agricoles.

Comment pouvons-nous assurer que les bénéfices de Fairtrade les atteignent? Si ces petits agriculteurs ne gagnent pas assez pour être en mesure de nourrir leurs familles, comment vont-ils être en mesure d'augmenter les salaires pour les travailleurs qu'ils embauchent?

Par exemple, alors que dans une coopérative de petits producteurs, il y a une gamme de fermes à différentes échelles et tailles. Nous savons en moyenne que ces petits exploitants de café et de thé issus du commerce équitable en Afrique détiennent de minuscules parcelles de terre qui se situent entre 0,8 et 0,4 hectare respectivement. C'est moins qu'un terrain de soccer pour être en mesure de nourrir leur famille. Ils sont aussi très vulnérables à la volatilité des prix et aux nouvelles menaces des changements climatiques.

Et quand les petits producteurs ne vendent qu'un faible pourcentage de leur récolte aux termes du commerce équitable Fairtrade, il n'y a tout simplement pas assez d'argent pour tout le monde. Par exemple, en 2011-12 lorsque SOAS a mené leurs recherches dans les sites mêmes, l'une des trois coopératives du commerce équitable Fairtrade qu'ils ont étudié : soit les producteurs de thé Mpanga, ceux-ci ont vendu moins de 1% de leur thé sous les termes du commerce équitable Fairtrade.

Donc, afin d'améliorer l'impact du commerce équitable Fairtrade pour les travailleurs dans les petites fermes, nous aurons à le faire d'une manière qui prend en charge les vulnérables agriculteurs qui emploient ces travailleurs. De vouloir ruiner ceux qui cultivent plus de 70% de la nourriture dans le monde n'est pas une solution. Nous devons trouver le juste équilibre pour obtenir un plan gagnant- gagnant pour tous.

Il y a certaines choses que les producteurs peuvent faire maintenant. Mais pour mener le changement durable, il faut mettre un terme aux prix trop bas. Les agriculteurs et ses travailleurs seront en mesure d'avoir un meilleur gagne-pain seulement si les entreprises et les consommateurs acceptent de payer un peu plus pour les produits.

La prime Fairtrade - Les fonds supplémentaires que les producteurs reçoivent en surplus d'acheteurs pour stimuler les investissements des entreprises et la collectivité - ceci en fait aide beaucoup. Ceci apporte aussi des choix difficiles, tel que les besoins financiers sont souvent beaucoup plus élevés que les fonds disponibles. Lors des rencontres annuelles, les travailleurs et les agriculteurs doivent décider quoi faire de la prime Fairtrade et gérer où se situent leurs priorités.

Les questions restent...Faut-il construire une salle de classe supplémentaire pour l'école? Ou faut-il à la place construire des logements dans l'espoir d'attirer un enseignant professionnel qui viendra vivre dans leur collectivité isolée afin que les élèves aient des cours réguliers? Où doit-on faire une nouvelle route pour relier les fermes à la communauté, est-ce un meilleur investissement pour tout le monde? Ceci ne sont pas des décisions faciles pour quiconque. Et certainement pas des décisions à être prises par des étrangers...

Un autre problème que nous avons abordé il y a quelques années est l'exploitation des enfants en bas âge qui travaillent dans les petites fermes. SOAS a constaté que certains enfants de moins de 15 ans travaillaient pour des salaires ainsi que de longues heures dans les régions où les coopératives du commerce équitable Fairtrade existent.

Les fermes équitables Fairtrade sont situées dans des zones les plus défavorisées et négligées au niveau socio-économique du monde, d'où l'on connait très bien les risques élevés sur l'exploitation des enfants au travail. En Afrique subsaharienne un enfant sur cinq entre l'âge de 5-17 ans doit subir l'exploitation pour le travail par des enfants, ceci reste le taux le plus élevé dans le monde.

Plutôt que d'éviter ces zones, Fairtrade s'engage à travailler avec ces communautés et permet de s'attaquer au problème directement. Des vérifications rigoureuses effectuées par Fairtrade parfois trouvent des cas d'exploitation des enfants au travail dans des fermes agricoles, des actions correctives ont été mises en place, mais nous savons que faire le policier ne sera jamais assez pour éliminer le problème. Les fermiers et producteurs du commerce équitable Fairtrade doivent aussi devenir des agents du changement afin de pouvoir déterminer et combattre ces habitudes injustes de l'exploitation des enfants au travail.

On travaille directement avec les producteurs et les jeunes afin de les former sur l'identification des risques et de les soutenir pour la mise en place de systèmes de surveillance et d'assainissement communautaire contre l'exploitation des enfants et en partenariat avec des experts sur les droits des enfants ou avec les organisations non gouvernementales (ONG) lorsque ceci est possible.

Dans l'ensemble, nous espérons que l'étude de SOAS sera utilisée pour sensibiliser et aider les gens à comprendre les défis qui existent, et que nous sommes tous ensemble à les contrer, car le commerce équitable Fairtrade s'efforce de le faire chaque jour pour le bien des gens.

La marque des produits équitables Fairtrade ne signifie certainement pas que les produits proviennent d'un petit nombre de sites sélectionnés à la main, où que les conditions de travail soient parfaites. Cette grande marque signifie plutôt que le commerce équitable Fairtrade est là pour aider les fermiers et ses travailleurs vulnérables à travailler ensemble pour obtenir la meilleure offre pour leur travail et qu'ils peuvent lutter ensemble contre les problèmes trop réels présents dans leurs propres communautés.

Cela signifie qu'avec l'engagement et le soutien des entreprises et des consommateurs, les petits fermiers et leurs travailleurs peuvent aller de l'avant afin de continuer leur long et tortueux chemin, avec un pas à la fois, ils avancent vers l'amélioration de leur vie, pour eux, pour leurs familles et pour les communautés du futures.