La Soudanaise Meriam Ishag toujours interrogée par la police

25/06/2014 17:32

AFP  25 juin 2014 à 11:18 (Mis à jour : 25 juin 2014 à 11:19)

Meriam Ishag accompagnée de son mari, de ses enfants et de plusieurs avocats à Khartoum, le 23 juin 2014.
Meriam Ishag accompagnée de son mari, de ses enfants et de plusieurs avocats à Khartoum, le 23 juin 2014. (Photo AFP)

La Soudanaise chrétienne Meriam Ishag était toujours interrogée mercredi par la police à Khartoum, selon son avocat, après avoir été retenue dimanche alors qu'elle tentait de quitter le Soudan suite à l'annulation de sa condamnation à mort pour apostasie.

Meriam Yahia Ibrahim Ishag, 26 ans, n'est pas en état d'arrestation mais est interrogée dans un poste de police sur l'authenticité d'un document de voyage délivré par le Soudan du Sud, a indiqué Me Mohanad Mustafa. Son mari, qui a la nationalité américaine, et ses deux enfants, dont un nourrisson né en détention, sont avec elle.

«On ignore combien de temps l'enquête de la police va durer», a précisé l'avocat, refusant d'indiquer quel était son pays de destination.

Meriam Yahia Ibrahim Ishag Ishag a été retenue par des agents de la sécurité nationale à l'aéroport de Khartoum alors qu'elle tentait de quitter le Soudan mardi après-midi, mais a été ensuite transférée vers un poste de police.

Indignation de la communauté internationale

Son cas a soulevé le problème de la liberté de culte au Soudan et sa condamnation à la peine de mort le 15 mai a suscité l'indignation de gouvernements occidentaux et de groupes de défense des droits de l'Homme.

Une cour d'appel a décidé lundi sa libération de la prison pour femmes où elle était détenue avec ses enfants, mais elle avait dû se cacher à sa sortie en raison de menaces de la part d'extrémistes.

Meriam Yahia Ibrahim Ishag est née dans l'Etat de Gedaref (est) le 3 novembre 1987. Son père de confession musulmane a abandonné la maison familiale alors qu'elle avait 5 ans, laissant sa mère, chrétienne orthodoxe, l'élever selon sa confession, selon un communiqué de l'archevêché catholique de Khartoum, qui a précisé qu'elle était devenue catholique juste avant d'épouser Daniel Wani fin 2011.

AFP

The Christian Sudanese Meriam Ishag was always questioned Wednesday by police in Khartoum, according to his lawyer, after having been selected Sunday as she tried to leave the Sudan following the cancellation of his condemnation to death for apostasy.

Meriam Yahia Ibrahim Ishag, 26 years old, is not under arrest but is questioned in a police station on the authenticity of a travel document issued by the South Sudan, said Me Mohanad Mustafa. Her husband, who is a U.S. citizen, and her two children, including an infant born in detention, are with her.

"It is unknown how long the police investigation will last", said the lawyer, refusing to indicate what was his country of destination.

Meriam Yahia Ibrahim Ishag Ishag has been selected by the national at Khartoum airport security officers as she tried to leave the Sudan Tuesday afternoon, but was then transferred to a police station.

Outrage of the international community his case raised the issue of religious freedom in Sudan and his sentence to the death penalty may 15 prompted indignation from Western Governments and human rights groups.

An appellate court decided Monday to his release from the women's prison where she was held with her children, but she had to hide out due to threats from extremists.

Meriam Yahia Ibrahim Ishag was born in the State of Gedaref (est) November 3, 1987. His Muslim father abandoned the family home while she was 5 years old, leaving her mother, Orthodox Christian, raise it according to his confession, according to a statement from the Catholic Archdiocese of Khartoum, who said that she became Catholic just before marrying Daniel Wani end 2011.

AFP