Le HCR demande à l'Europe d'agir pour éviter que davantage de migrants ne meurent en Méditerranée

15/09/2014 22:54

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Antonio Guterres (à droite) et l'Envoyée spéciale, Angelina Jolie (au centre) rencontrent des réfugiés à Malte. Photo HCR/P. Muller

Le chef de l'agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), António Guterres, et l'envoyée spéciale de cette agence, Angelina Jolie, ont exhorté lundi les pays européens à redoubler d'efforts pour aider les migrants qui tentent de franchir la mer Méditerranée au péril de leur vie.

« Nous avons besoin de réaliser l'ampleur de cette crise », a indiqué Mme Jolie lors d'une visite de la base des services de secours en mer à Malte.

« Il y a un lien direct entre les conflits en Syrie et ailleurs et l'augmentation du nombre de morts en Méditerranée. Nous devons comprendre ce qui pousse les gens à mettre la vie de leurs enfants en danger sur des navires bondés, à savoir le besoin de trouver un refuge ».

Lors de la visite de la base maltaise, le Haut-Commissaire Guterres et Mme Jolie ont rencontré trois survivants d'un bateau naufragé, qui ont été secourus par un navire commercial et emmenés à Malte par les autorités de ce pays.

Encore ce weekend, des migrants sont morts noyés lors de naufrages de bateaux au large de l'Égypte et de la Libye.

Au moins 2.500 personnes seraient mortes en tenant de franchir la mer pour atteindre l'Europe cette année, dont 2.200 depuis le début du mois de juin.

Dans la capitale maltaise La Valette, Mme Jolie a rencontré des familles de réfugiés syriens qui ont survécu au naufrage d'un bateau, dont un couple originaire de Damas qui a perdu trois enfants lors de la traversée et un docteur d'Alep qui a perdu son épouse et sa fille de trois ans.

« À moins que nous arrivions à résoudre les problèmes qui sont à l'origine de ces conflits, le nombre de réfugiés qui meurent ou qui se retrouvent sans protection continuera d'augmenter », a souligné l'envoyée spéciale.

Près de 130.000 personnes sont arrivées en Europe par la mer cette année, ce qui est plus du double comparé à 2013.

L'Italie a reçu à elle seule 118.000 personnes, dont la majorité a été secourue en mer.

« Nous n'avons pas le choix. Il faut agir », a souligné M. Guterres en expliquant que l'Europe doit fournir un effort collectif et offrir des solutions pour assurer la protection des demandeurs d'asile tout en maintenant une capacité solide de secours en mer.

« Si l'Europe échoue, davantage de personnes mourront en tentant de l'atteindre », a-t-il prévenu.