Les entreprises suédoises en ont assez de la criminalité croissante

30/10/2017 04:31

People inspect cars gutted by fire in the Stockholm suburb of RinkebyJONATHAN NACKSTRAND / AFP

La Chambre de Commerce de la capitale suédoise Stockholm a publié un rapport alarmant sur l'augmentation de la criminalité dans la région. Pas moins d'une entreprise sur trois a déjà été confrontée à un délit. Près d'une entreprise sur 10 envisage de se déplacer ou de fermer.

Le malaise affecte principalement les quartiers de Hallunda, Hallonbergen, Kungsängen et Jakobsberg.

Selon Maria Rankka, la présidente de la Chambre de Commerce de Stockholm, la criminalité affecte principalement les entreprises locales, qui voient leurs possibilités limitées pour créer de nouveaux emplois. « Le crime est donc non seulement une conséquence, mais aussi une explication du chômage local élevé », dit-elle.

Écouter les chefs d'entreprises

Selon le journal Dagens Nyheter, les médias suédois sont les plus grands responsables du fait que la société suédoise soit restée si longtemps aveugle à ces situations de non droit :

«Malheureusement, la monde des médias et de la culture a depuis longtemps tendance à romantiser la criminalité dans les banlieues.

On a dépeint une image, selon laquelle la présence de la police était la cause du problème, plutôt que la solution : les jeunes se sentaient si provoqués par la présence de la police, et si déçus vis à vis de la société qu'ils n'avaient plus rien de mieux à faire que de jeter des pierres aux ambulances, et à mettre le feu aux voitures.

Le temps est venu pour nous d'écouter les propriétaires d'entreprises et la majorité des résidents des banlieues, et non ceux qui romantisent le non-droit et se sentent plus en sécurité quand la police est loin d'eux ».

Le Svenska Dagbladet partage cet avis :

« Ces tendances négatives doivent être inversées. A long terme, des endroits où les chefs d'entreprises ferment des restaurants et des commerces, que ce soit à titre de protestation temporaire, ou de façon permanente, perdront la sécurité qui permet le développement de ces zones. La même chose vaut pour l'ensemble du pays. Sans une communauté d'entreprises qui fonctionne, il risque de se paralyser ».

On compte 55 "zones interdites" en Suède, dit la police

L'année dernière, la police suédoise avait admis qu'il y avait 55 "zones interdites" dans le pays où elle rencontrait de grosses difficultés pour faire respecter la loi. Selon un rapport, les taux de criminalité étaient en très forte hausse dans ces zones, et la police était dans l'incapacité contrôler cette vague de criminalité.

Ainsi, on enregistrait beaucoup plus de cas de vols, d'agressions sexuelles, et de faits de violence de bandes organisés en Suède. Les autorités de la police suédoise notaient que cette forte hausse de la criminalité était apparue conjointement à la forte hausse de la migration au cours de l'année précédente.