Les expos "évasion" de l'été parisien

29/07/2014 23:07

Les expos "évasion" de l'été parisien Sipa  

 Six expos qui font du bien ,Culture et vacances, c'est le combo parfait d'un été parisien. Pour s'évader par procuration, Obsession a sélectionné six expos parisiennes.

L'expo régressive

"Tiki Pop - L'Amérique rêve son paradis Polynésien" au Quai Branly

Affiche de l'exposition © Musée du Quai Branly

On a tous l'image de la "hula girl" vahiné et de l'Américain en chemise ouverte Hawaïenne dans les vieux films des années 50 sur un bar de bord de route américaine. Chouette idée du musée du quai Branly de ressusciter cette imagerie américaine du paradis. "Les Mers du Sud" sont représentées par la sculpture en bois du "Tiki" devenue la divinité des loisirs pour les américains, ou encore par la pirogue, les imprimés hawaïens et le palmier. Pop, kitsch, régressive et culturelle, c'est le coup de bonheur de l'été.

Tiki Pop

Musée du Quai Branly

37, quai Branly
75007 Paris

Jusqu'au 28 septembre 2014

L'expo "luxe, calme et volupté"

Lee Ufan à VERSAILLES

 

La grande "Arche" de 12 m de haut © Sipa

"Luxe, calme et volupté". Les vers de Charles Baudelaire semblent avoir été écrits pour cette collaboration d'art contemporain avec les jardins du Château de Versailles. Le peintre et sculpteur Lee Ufan, d'origine Coréenne, expose dix oeuvres minimalistes et monumentales qui entrent en résonnance avec l'esprit géométrique et parfait des jardins imaginés par Le Nôtre. L'immense arche de 12 mètres en acier inoxydable encadre le palais en perspective comme pour inviter à l'entrée dans un monde apaisant de beauté.

Lee Ufan au Château de Versailles

Château de Versailles
Place d'Armes - 78000 Versailles

Jusqu'au 2 novembre 2014

L'expo qui (re)donne des couleurs

Durant l'exposition au centre Pompidou © Sipa

Martial Raysse au Centre Pompidou

L'autre maître du Pop Art, c'est lui. La Grande Odalisque d'Ingres en vert gazon, c'est lui aussi. Les portraits aux néons, c'est encore lui. Martial Raysse est l'artiste "moderne" par excellence: il dira "les Prisunic sont les musées de l'art moderne". Sudiste, il s'associe à ses compatriotes "Nouveaux Réalistes" Ben, Yves Klein et César pour détourner les objets de la société de consommation. Un séjour aux Etats-Unis et la lumière l'éclaire: c'est l'utilisation du néon dans son oeuvre. Artiste protéiforme et inclassable, la rétrospective est haute en couleurs. De quoi redonner des couleurs à votre été parisien -maussade.

Martial Raysse

de 11h00 à 21h00

Galerie 1 - Centre Pompidou, Paris

Jusqu'au 22 septembre 2014

L'expo dans la peau

"Tatoueurs tatoués" au Quai Branly

 

Motif de tatouage sur un buste féminin © musée du quai Branly, photo Thomas Duval

Le tatouage a repris ses lettres de noblesse jusqu'à envahir la scène mode : Karl Lagerfeld lui-même a tatoué ses mannequins pour un défilé Haute couture. C'était la consécration avec l'exposition "Tatoueurs tatoués" au Quai Branly, une première du genre en France. On y apprend que le premier tatouage remonte au troisième millénaire avant notre ère et que le tatouage pourrait revendiquer le statut de "10ème art". Mais surtout que cette pratique rassemble chaque homme, du bagnard aux stars, dans la recherche de leur unicité.

" Tatoueurs, tatoués, Musée du Quai-Branly, 75007e Paris .

Jusqu'au 18 octobre

L'expo de mères en filles

"Les années 50" au Palais Galliera

Henry Clarke, tailleur Chanel A/H 1955
© Henry Clarke/Galliera/Roger-Viollet

Si vous avez l'occasion de venir voir l'exposition avec votre mère et votre grand-mère, les robes exposées prendront vie à la faveur d'anecdotes familiales ou historiques. Sinon venez simplement pour le plaisir des yeux, tellement rares sont les occasions de voir les robes des grands couturiers des années 50 de si près. Vous pourrez admirer le tailleur "Bar" de Christian Dior qui est l'icône du "New Look" , virevolter au milieu des robes de bal de Balmain et Jacques Fath et expérimenter l'arrivée d'une nouvelle ligne avec les tailleurs Chanel, annonciateurs d'une nouvelle féminité ancrée dans les années 60.

Les Années 50 - La Mode en France 1947-1957

Palais Galliera

10, Avenue Pierre de Serbie

75116 Paris

Jusqu'au 2 novembre 2014

L'expo corps-à-corps

"Mapplethorpe Rodin" au Musée Rodin

Robert Mapplethorpe (1946-1989),
George Bradshaw, 1980, MAP 504 © 2014
Robert Mapplethorpe Foundation, Inc.

et

Auguste Rodin
(1840-1917), Femmes damnées, avant 1890,
plâtre, 20 x 29 x 12,1 cm, Paris, musée Rodin,
S. 41 © Paris, musée Rodin, ph. C. Baraja

A la recherche de sensations fortes sans être pour autant adepte des fêtes foraines ? La force des sculptures de Rodin disséminées dans le jardin du musée Rodin est une valeur sûre dans le genre. Couplée au travail photographique de Mapplethorpe, la visite se révèle saisissante. Deux grands artistes, un face-à-face, deux techniques artistiques, un seul objet : le corps.

Mapplethorpe Rodin

Musée Rodin

79, rue de Varenne

75007 Paris

Musée Rodin, 79 rue de Varenne, 75007 Paris

Jusqu'au 21 septembre 2014




Sur le web : La mode des années 1950 exposée au Palais Galliera à Paris