Meriam Yahya Ibrahim : toujours en prison malgré une forte mobilisation

17/06/2014 11:41

Nous relayons ici un article paru sur le site de la Fondation ARCAT France dans la continuité des actions communes pour faire libérer Meriam.

Malgré la très forte mobilisation autour de son cas, Meriam Yahia Ibrahim Ishag, une chrétienne soudanaise condamnée à la peine de mort pour sa religion est toujours détenue.

soudan_meriam_prisonjpg

Le 12 / 06 / 2014Le 27 mai 2014, Meriam Yahia Ibrahim Ishag, la jeune femme de 27 ans condamnée à mort par pendaison pour apostasie et à 100 coups de fouet pour adultère, a donné naissance en prison à une petite fille. Elle est actuellement emprisonnée avec son fils de 20 mois.

Son mari, qui a pu leur rendre visite en prison, a souligné qu'elles se portaient bien.Le 5 mai, sa demande d'interjeter appel a été transférée à la Cour d'appel de Khartoum.

Le 9 juin 2014, son avocat, Me Mohannad Moustapha, a déclaré à l'Agence France Presse : « le pouvoir judiciaire a désigné la semaine dernière trois juges pour examiner l'appel présenté dans l'affaire de Meriam Yahia Ibrahim Ishag » tout en précisant qu'il ignorait la date de l'annonce de la décision concernant cet appel.La situation de Meriam Yahia Ibrahim Ishag a soulevé un tollé international. Plusieurs pays, comme la les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont fermement dénoncé le verdict de la justice soudanaise.

Le 10 juin 2014, les présidents de la Commission européenne, du Conseil européen et du Parlement européen ont publié une déclaration commune, avec plusieurs leaders religieux, dans laquelle ils ont exprimé de manière collégiale « leur profonde consternation et inquiétude » concernant le sort de Meriam Yahia Ibrahim Ishag.

Ils ont exhorté les autorités soudanaises à respecter la liberté de religion et à révoquer le « verdict inhumain » prononcé contre Mme Ishag et à la libérer « de toute urgence ».

Les auteurs de la déclaration ont réaffirmé que « la liberté de religion et de conviction est un droit humain universel qui est placé en haute estime par l'Union européenne, et a besoin d'être protégé partout et pour tous ».

Il est plus que jamais nécessaire d'agir en faveur de la libération de Meriam.

Article rédigé et visible sur le site de l'ACAT France, vous pouvez y signez une pétition de soutien: http://www.acatfrance.fr/actualite/meriamyahya_ibrahim_-toujours_en_prison_malgre_une_forte_mobilisation_

Notre Pétition recueille en ce moment 23200 signatures vous pouvez signer ici.


BS