Pire que le PRISM ? Le projet Monstermind de la NSA

14/08/2014 20:29

Promptement résumé, Snowden vient de dévoiler Monstermind, un outil de cyberguerre capable de réagir sans aucune intervention humaine.

Dans une longue interview accordée à Wired, Edward Snowden recommence à balancer les petits secrets de la NSA.

 Pire que le PRISM ? Le projet Monstermind de la NSA ' Histoire de la Fin de la Croissance ' Scoop.it

Venez donc faire connaissance avec le projet Monstermind de la NSA, une merveille de technologie, un outil de cyberguerre capable de réagir sans intervention humaine.

Edward Snowden enveloppé dans le drapeau américain, quoi de plus vendeur pour illustrer la « Une » d'un magazine ? Wired joue la provoc'.

Et encore, ce que vous voyez ici n'est ni plus ni moins que le haut de l'iceberg. Snowden a offert à la publication une très longue interview qui devrait vous occuper toute une après-midi et qui nous en apprend encore une belle.

Rappelons que l'ancien ingénieur de la NSA a obtenu un asile de trois années supplémentaires en Russie, ce qui ne l'empêche pas d'avoir encore quelques révélations à faire. Si le projet PRISM faisait peur, Snowden nous fait découvrir une autre arme de l'arsenal de l'agence, « MonsterMind ».

Ce programme serait automatiquement activé en cas de tentatives d'attaques contre les Etats-Unis. Comment ? En analysant le web, en détectant les attaques et surtout, au delà de les bloquer, de répliquer.

« Il dispose aussi d'un côté offensif automatique qui ne nécessite aucune intervention humaine ».

On peut se poser un milliard de questions éthiques à la simple évocation du principe de « MonsterMind », mais il y a pire. En plus de l'abus, du non respect de la vie privée et de la violation évidente du 4ème amendement de la Constitution des Etats-Unis, Snowden pointe un fait important.

« Vous avez quelqu'un en Chine qui mène une attaque en la faisant transiter avec une adresse en Russie et les représailles attaquent un hôpital en Russie. Qu'est-ce qu'il se passe après ? »

Promptement résumé, Snowden vient de dévoiler un outil de cyberguerre capable de réagir sans aucune intervention humaine, et avec un risque majeur d'erreur dans les cibles visées.

Malgré tout, il précise qu'il ne craint pas de revenir aux Etats-Unis, quitte à rester en prison un certain temps. Le gouvernement américain ne doit pas en attendre moins.