Somalie : l'ONU prévient qu'il est urgent d'agir pour éviter une nouvelle famine

03/09/2014 17:44

Un garçon avec un chameau au marché au bétail à Hargeisa, en Somalie. Photo FAO/Frank Nyakairu

Le Coordinateur humanitaire des Nations Unies en Somalie, Philippe Lazzarini, a exprimé mardi sa préoccupation concernant la détérioration de la sécurité alimentaire dans ce pays due à la sécheresse, la flambée des prix et la guerre.

Selon une analyse de la situation de la sécurité alimentaire et de la nutrition publiée mardi par le système d'alerte précoce de l'ONU, plus d'un million de personnes en Somalie sont actuellement confrontées à une situation d'insécurité alimentaire aiguë, ce qui représente une augmentation de 20% comparé à la situation d'il y a six mois.

« Le nombre total de personnes qui ont besoin d'une aide humanitaire dépasse désormais trois millions.

Depuis le rétablissement graduel des moyens de subsistance depuis la famine de 2011, qui a coûté la vie à plus de 250.000 personnes par une mortalité excessive, les progrès fragiles qui ont été réalisés sont maintenant menacés et les taux de malnutrition sont de nouveau en hausse », a expliqué M. Lazzarini.

« Nos capacités pour faire face à cette situation sont limitées et les familles vulnérables risquent de se trouver dans une situation de misère absolue », a-t-il ajouté en précisant qu'environ 218.000 enfants âgés de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aiguë et ont besoin de suppléments nutritionnels d'urgence, d'eau potable et d'une hygiène améliorée.

« 43.800 enfants sont dans état de malnutrition si grave qu'ils mourront s'ils ne reçoivent pas des soins médicaux et des aliments thérapeutiques », a souligné le Coordinateur humanitaire.

Face à cette crise, les agences humanitaires ont fait appel aux bailleurs de fonds leur demandant de soutenir le renforcement de l'action pour répondre aux besoins les plus urgents.

Des vols d'avions cargo ont été organisés vers les zones inaccessibles par la route.

« Cependant, il ne suffit pas simplement de fournir de l'aide humanitaire. Il faut également assurer l'accès et la disponibilité des fournitures de façon durable », a affirmé M. Lazzarini.

« Il faut des efforts concertés et urgents pour empêcher une détérioration accélérée de la situation ».

« Alors que nous entamons le dernier trimestre de l'année, nous avons encore besoin de 500 millions de dollars pour financer l'action humanitaire.

Des mesures urgentes sont nécessaires pour s'assurer que la possibilité pour le peuple somalien de bénéficier d'un avenir plus sûr, plus stable et plus prospère ne soit pas menacée », a-t-il ajouté.