Syrie: les 75 casques bleus philippins évacués et sains et saufs

31/08/2014 11:05

par RFI

media

Une base de l'ONU dans le Golan.REUTERS/Ronen Zvulun

Les islamistes du Front al-Nosra, la branche syrienne d'al-Qaïda, ont attaqué les casques bleus de l'ONU sur le plateau du Golan, en Syrie, hier samedi.

Encerclés sur leur base depuis 48 heures, les soldats ont riposté.

Les 75 Philippins de la Force des Nations unies pour le désengagement sur le Golan (UNDOF) ont pu être évacués et sont sains et saufs, ont indiqué dimanche des porte-parole de l'armée philippine.

Avec notre correspondant à New York,Karim Lebhour

Le face-à-face durait depuis 48 heures entre les casques bleus de l'ONU retranchés sur leurs bases et les combattants d'Al-Nosra, appuyés par d'autres groupes armés. Samedi matin, les islamistes ont attaqué deux positions de l'ONU au mortier et à la mitrailleuse lourde.

Un premier groupe de 35 soldats philippins avait pu être exfiltré hier grâce à l'intervention d'un contingent irlandais.

Pour la première fois, les casques bleus assiégés ont ouvert le feu faisant face aux jihadistes syriens.

Les échanges de tirs se sont poursuivis toute la journée d'hier.

Et les 40 autres casques bleus ont finalement pu profiter de la nuit pour rejoindre à pied une position de l'ONU située à 2 km, a indiqué un porte-parole de l'armée philippine. Tous sont sains et saufs.

Plusieurs autres bases de l'ONU sur le Golan ont été évacuées. Par ailleurs, 44 casques bleus fidjiens sont toujours retenus en otages.

Le Conseil de sécurité a demandé leur libération immédiate, mais monter une opération de secours en territoire syrien, dans une zone de combat n'est pas envisagé pour l'instant.