Un homme politique londonien plaide pour des wagons de train séparés pour les femmes

10/09/2017 13:34

© CC0 via Pixabay

Les chemins de fer britanniques devraient examiner s'il serait opportun de prévoir, lors de la composition des trains, un certain nombre de wagons réservés exclusivement à des femmes, a déclaré Chris Williamson, spécialiste de la sécurité auprès du Labour Party, le parti britannique d'opposition.

Selon Williamson, ce choix se justifie. En effet, des statistiques indiquent que ces 5 dernières années, le nombre d'agressions agressions sexuelles contre les femmes dans les trains britanniques a plus que doublé.

Au début du mois dernier, une jeune fille de 17 ans a été agressée sexuellement par deux hommes dans le train reliant Newquay et Plymouth.

Selon les chiffres de la British Transport Police, en 2016, 1.448 faits de comportements sexuels inacceptables ont été enregistrés dans les trains britanniques. 5 ans auparavant, il était question de 650 plaintes de ce genre.

« Lorsqu'il y a deux ans, Jeremy Corbyn, leader du Labour, a évoqué la possibilité de réserver des wagons spéciaux pour les femmes, sa proposition a attiré de nombreuses critiques, même de la part de femmes politiques de son propre parti » affirme le journal britannique The Telegraph.

Les chiffres de la police britannique des transports montrent par contre, selon Williamson, qu'il ne serait pas insensé d'au moins examiner cette possibilité.

Un manque de personnel

« Accompagnée d'une augmentation de la surveillance dans les trains, cette mesure serait déjà une manière de lutter contre les crimes sexuels » affirme Williamson. « Je ne dis pas que cette mesure doit être appliquée, mais qu'elle pourrait en tout cas permettre la création d'un espace sûr pour les voyageuses. »

« Les femmes peuvent cependant toujours décider si elles acceptent ou pas les avances qui leur sont faites. »

Au Japon, au Brésil et au Mexique, notamment, des wagons réservés exclusivement aux femmes ont déjà été expérimentés. La parlementaire britannique Stella Creasy, membre du Labour, a déclaré que cette mesure donnerait aux agressions sexuelles à l'encontre des femmes un caractère de normalité.

« Cette mesure limiterait la liberté des femmes » affirme Creasy. « Il faut indiquer clairement que ce ne sont pas les voyageuses qui créent  le problème, mais les auteurs responsables d'actes qu'il est impossible de tolérer. »

Manuel Cortes, secrétaire général du Transport Salaried Staff's Association, souligne surtout un manque de collaborateurs. Le syndicaliste affirme que seule la mise en place d'un personnel suffisant peut assurer la sécurité des trains et du transport ferroviaire.