Une étude chez des primates, Ebola : sur la piste d'un traitement efficace

04/08/2014 21:17

Article paru dans un magazine Militaire il y a un an...

par la  rédaction Publié le 25 Août 2013

Une équipe de médecins vient de tester un traitement prometteur chez des primates après l'apparition des symptômes de la fièvre hémorragique. 43% d'entre eux ont été protégés. 

Ebola : sur la piste d'un traitement efficace 

Pascale Zintzen/AP/SIPA

La fièvre hémorragique à Ebola est l'une des pathologies virales les plus virulentes connues chez l'être humain d'après l'OMS. Alors que son taux de létalité peut atteindre jusqu'à 90% des personnes touchées, des chercheurs de l'U.S.Army Medical Research Institute of Infectious Diseases (USAMRIID) viennent de tester un traitement prometteur sur des macaques.

43% de protection après la survenue des symptômes

Cette équipe a donc testé ce nouveau traitement sur 7 singes porteurs du virus Ebola Zaïre, la souche la plus virulente. Un nouveau traitement nommé pour le moment MB-003 et qui est en réalité un cocktail de 3 anticorps monoclonaux déjà testé dans des études antérieures.

Jusque là ce produit avaient montré une protection de 100 % des primates non humains lorsqu'il est administré une heure après l'exposition. De plus d'autres analyses ont également montré qu'administré 48 heures après l'exposition, grâce à ce produit les deux tiers des singes sont protégés.

Dans cette nouvelle étude qui vient d'être publiée dans la revue Science Translational Medicine, ces chercheurs ont été plus loin en montrant que 3 primates ont guéri après avoir reçu MB-003 par voie intraveineuse entre 104 et 120 heures après le début de l'infection, donc après l'apparition des symptômes de la maladie. C'est à dire une protection de 43% des primates symptomatiques testés sans effets secondaires.

 Des résultats à confirmer chez l'humain

Alors qu'il n'existe actuellement aucun traitement ni vaccin contre la fièvre Ebola, les résultats de cette étude suscitent de grands espoirs au sein de la communauté scientifique internationale.

La prochaine étape de ces travaux consistera donc à confirmer cet essai tout d'abord à plus grande échelle, puis sur d'autres animaux, avant d'envisager ensuite passer l'être humain.

D'autre part, si ces essais aboutissent réellement à la mise au point d'un traitement, ce médicament devrait être assez bon marché et rapide à produire. Les 3 anticorps composant ce traitement expérimental sont synthétisés à partir des plantes de tabac.