VIDEO: Des armes françaises dans l'état Islamique

24/08/2014 11:08

Frédéric Pons et Roland Jacquard nous livrent quelques vérités sur le financement et l'armement de l'état islamique au Levant et des groupes terroristes dans le monde.

Cette question du financement est cruciale pour comprendre comment l'État islamique au Levant, petit groupuscule créé pour combattre l'invasion américaine en Irak, a pu se développer au point de contrôler aujourd'hui un tiers de l'Irak.

Dans un entretien exclusif au « Monde », François Hollande confirme, pour la première fois, que la France a soutenu la « rébellion syrienne démocratique » en lui livrant des armes. Il s'agit de « matériel conforme aux engagements européens », selon le président, qui avait livré des armes « de même nature » aux Kurdes d'Irak récemment.« La communauté internationale porte une responsabilité très grave dans ce qui se passe en Syrie.... Mais ce manque de discernement, cette précipitation n'ont-ils pas profité à l'EIL ?

Malheureusement il existe aussi des financements par des pays tiers voir aussi « Amis » De l'aide venant des pays du Golfe et de la Turquie.

Selon plusieurs spécialistes, il a bénéficié du soutien actif de plusieurs États du Golfe, quand il a rejoint l'insurrection syrienne sous le nom d'État islamique au Levant en Irak et au Levant (EIL).

 « Il est clair que l'Arabie saoudite puis le Qatar l'ont financé », déclare Alain Chouet, ancien officier de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

« Ces deux États finançaient l'ensemble des forces anti Assad, complète Alain Rodier, ancien membre du même service et chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement.

Et cela a bénéficié, entre autres, à l'EIL. »

Les deux experts précisent que les montants en question sont impossibles à évaluer. Ces financements étatiques, en effet, « passaient la plupart du temps par des donations privées, des ONG islamiques ou sur le budget des services spéciaux, continue Alain Chouet.

Le tout via des montages financiers complexes utilisant les comptes offshore saoudiens au Bahreïn ou au Soudan. »

Des rentrées d'argent régulières en plus des trésors de guerre

Le pseudo-État aurait en effet récupéré un important trésor de guerre d'environ deux milliards de dollars. Il a notamment récupéré des centaines de millions dans l'antenne de la banque centrale de Mossoul, qu'il a fait tomber en juin dernier. De plus, les impôts qu'il prélève sur les zones qu'il occupe lui assurent des rentrées d'argent régulières.

Enfin, il exporterait du pétrole, probablement vers la Turquie à un prix quatre fois moins élevé que le prix officiel.

« Il y a, à l'heure actuelle en Turquie, une baisse de la consommation chez les grossistes », explique Alain Rodier, sous-entendant que le marché noir est approvisionné par le pétrole irakien extrait par l'EIL.

Je vous invite à visionner cette vidéo qui explique de manière explicite la provenance des armes françaises au sein de l'organisation terroriste EIL

B.SOBKOWIAK