Vieillissement: quel âge vous donnez-vous?

07/08/2014 22:46

Par Marion Guérin,

Notre âge subjectif - celui qu'on a l'impression d'avoir - pourrait bien être la clef du "bien vieillir". On n'a pas seulement l'âge de ses artères, mais aussi celui de ses désirs.   

Vieillissement: quel âge vous donnez-vous?  

Isabelle Adjani revendique sa conception élastique des années. Ici à Cannes, le 24 mai 2014.afp.com/Martin Bureau


      

"Le temps passe, et alors?" En Une de Paris Match, Isabelle Adjani semble plus "djeuns" que jamais, avec sa mini-jupe à pois et son air nonchalant. 

 bientôt 60 ans, l'actrice revendique sa conception élastique des années : "Certains jours, j'ai 25 ans, d'autres fois, 32 ou 38. Il peut m'arriver d'avoir un tout petit peu moins de 45 ans."  

L'âge, c'est un peu comme la météo : il y a souvent de la marge entre le réel de notre état civil et notre ressenti. Mieux : plus l'on vieillit, moins l'on se sent vieux ! Des études montrent qu'à partir de 50 ans le différentiel varie entre cinq et quinze ans.

Le phénomène est récent, encouragé par une société promouvant à tout bout de champ la jouvence éternelle.  

Tyrannie du jeunisme? Terreur du temps qui passe? Pas seulement. Car l'âge subjectif - celui qu'on a l'impression d'avoir -pourrait bien être la clef du "bien vieillir".

 "La psyché agit sur le corps, et vice versa, explique Olivier de Ladoucette, psycho-gériatre et auteur du Nouveau Guide du bien vieillir (Odile Jacob, 2011).

On n'a pas seulement l'âge de ses artères ; on a aussi l'âge de ses désirs, et les artères de ses soucis. Le vieillissement est intrinsèquement lié à la vie mentale." De la limite du bistouri et autres potions "jeunesse" miraculeuses...