Noël une fête ancestrale

Noël est une grande fête chrétienne qui célèbre la naissance de Jésus de Nazareth le 25 décembre de chaque année. Quelles sont donc ses origines ? Le mot Noël est une évolution phonétique du mot nael, cette modification du mot latin natalis qui signifie la naissance.

 

Durant les premiers siècles du christianisme, la fête de Noël n'existait pas. Pendant le 2ème siècle de notre ère, l'église a décidé qu'il faut fêter la naissance de Jésus. Plusieurs dates ont été choisis : 6 janvier, 28 mars, 18 novembre, 25 décembre.

Tout d'abord, il faut savoir que bien avant que la chrétienté ne fixe la date de nativité le 25 décembre (ce qui ne correspond en aucun cas à la date de naissance de Jésus, puisque nous savons que ce que l'on appelle L'étoile du Berger était en fait la comète de Halley, visible tous les 75 ans et uniquement en été), beaucoup de peuples à travers le monde fêtaient le solstice d'hiver et le soleil.

En fait, le 25 décembre est une ancienne fête de ce qu'on appelle le solstice d'hiver, un évènement astronomique qui se produit lorsque la position du Soleil par rapport à la Terre atteint son extrême méridional (Les jours du solstice d'été sont les plus longs de l'année, alors que ceux du solstice d'hiver sont les plus courts).

On retrouve cela dans les illuminations de Noël, et c'est encore plus marqué dans la Fête des Lumières qui a lieu chaque année à Lyon. Tout comme pour la St Jean (à l'origine Fête du Solstice d'été), l'Eglise a fait sienne une fête à l'origine païenne.

Les peuples préhistoriques fêtaient en ce jour l'arrivée de la saison des pluies ; les égyptiens adoraient le dieu du soleil Osiris, les perses fêtaient la naissance de leur dieu Mithra dieu de la vie et de la lumière fête importée à Rome au 1er siècle avant J-C, les celtes faisaient de grand feu pour lutter contre les ténèbres, ... donc cette journée du 25 décembre est une journée sacrée pour de nombreuses croyances anciennes.

Dans un souci d'évangélisation des fêtes païennes anciennes, le pape Libère instaure en 354 après J-C le 25 décembre comme fête de la naissance de Jésus. La naissance du Christ est considérée comme le levé du soleil de justice selon les anciens récits chrétiens.La fête du 25 décembre est arrivée en orient vers le 5ème siècle après J-C.

Festivités de Noël

Depuis son instauration, Noël devient avec Pâques une des grandes fêtes chrétiennes et s'est progressivement chargé de traditions locales, et de folklore ancien présentant l'aspect d'une fête populaire.

Elle s'est répandue en Europe durant la période du Moyen Age ; les messes de minuit ont été célébrées à la fin du 5ème siècle en Irlande, au 7ème en Angleterre, au 8ème en Allemagne, au 9ème siècle dans les pays scandinaves et les pays slaves.

En effet, L'empereur Théodose II codifie officiellement les cérémonies de la fête de Noël en 425, Clovis est baptisé le soir de Noël, l'empereur Justinien en fait un jour chômé en l'année 529, en 800 Charlemagne est couronné empereur par le pape le jour de Noël...pendant le 12ème siècle, la cérémonie sera accompagnée par des drames liturgiques.

Dans les siècles de la Renaissance, apparaissent les crèches des églises en Italie, les arbres de Noël se sont répandus en Allemagne.

La crèche

Les crèches familiales commencent aux alentours du 17ème siècle, suivis des crèches napolitaines puis provençales.

En 1560, dans les pays réformés, les protestants se sont opposés aux crèches de Noël les considérant comme trop catholique, en Amérique du nord on interdit même la célébration de Noël. Interdiction relevée en 1681. Pendant le 17ème siècle, l'église interdit les représentations des drames considérées comme trop profane et non religieuse.

Cette crèche représentant la naissance de Jésus, il est difficile de lui dénier une origine religieuse et malgré le fait que ce soit le plus ancien symbole de cette fête (les premières représentations de la Nativité sont issues de l'art Paléochrétien).

 

 

A ce titre et en respect de la loi de 1905 instituant la séparation de l'Eglise et de l'Etat, la crèche n'a pas sa place dans un bâtiment représentant l'autorité de l'Etat, mais les endroits où l'on peut en installer ne manquent pas : églises, places...

 

Le sapin de Noël

Il lui est une décoration dont le but était de souligner la tradition païenne de la fête, face à la christianisation de celle-ci. Elle est née au Moyen-Âge mais ne s'est généralisée qu'au XVIIIème siècle.

C'est en 1521 que cette coutume est apparue en Alsace, car les populations avaient alors l'autorisation de couper les arbres encore verts lors de la St Thomas (21 décembre). 

 

 

Il est donc idiot d'invoquer un soi-disant non-respect des principes de laïcité pour tenter d'interdire un sapin de Noël ou la venue du Père Noël dans une école, une mairie ou tout autre lieu représentant la République.

 

Le père Noël

Il fait sa première apparition aux États-Unis durant le 19ème siècle, pour se répondre ensuite en Europe après la 2ème guerre mondiale. Il est l'équivalent français du Santa Claus américain dont le nom est lui-même une déformation du Sinterklaas (saint Nicolas) néerlandais.

Il est largement inspiré de Julenisse, un lutin nordique qui apporte des cadeaux, à la fête du milieu de l'hiver, la Midtvintersblot, un peu moins du dieu celte Gargan (qui inspira le Gargantua de Rabelais) mais surtout du dieu viking Odin, qui descendait sur terre pour offrir des cadeaux aux enfants scandinaves.

C'est bien celui-ci, ancêtre de tous les autres, qui semble être le point de départ. De Julenisse, le Père Noël a gardé la barbe blanche, le bonnet et les vêtements en fourrure rouge, de Gargan il a conservé la hotte et les bottes. L'origine est donc plus mythologique que religieuse. 

Coutume de la fête de Noël

La veillée de Noël, est coupée par la messe de minuit pour les catholiques. En général passée en famille, c'est une soirée privilégiée pour créer des souvenirs communs.

On s'échange les cadeaux entre les membres de la famille et les amis.Noël est marqué par une action de charité et de dons très intense, dans certaines traditions on a tendance à servir un repas au premier pauvre croisé au jour de Noël, ainsi que les dons accordés aux mendiants à la sortie de l'office célébré durant la nuit de Noël.

La fête de Noël est aussi distinguée par les décorations dans les foyers et les rues. Le sapin de Noël, toujours présent est chargé de décorer et de regrouper les cadeaux dans les familles.

La fête de Noël, a perdu progressivement l'aspect religieux pour devenir une fête profane, une occasion pour se voir en famille et faire la fête selon un rituel universel. Le 25 décembre est généralement marqué par la dinde de Noël pendant les repas et la bûche de Noël en fin de journée. Les plus catholiques assistent encore aux messes de minuit.

En France, la fête de Noël est différente d'une région à une autre, même le nom du père Noël est variable ; père Chalande, Homme Noël, Bonhomme Noël, saint Nicolas en Alsace...

Les français aiment les crèches, les cantiques de Noël sont très répondus ; la chanson "Il est né, le divin Enfant" est inventé en Provence.D'après la tradition catholique, les premiers chants de Noël furent chantés par les anges au-dessus de la crèche pour fêter la naissance de l'enfant Jésus.

Historiquement, les premiers chants de Noël étaient des chants joyeux évoquant la Nativité, parfois même des chants rythmés ou des danses.

Dès le Moyen Âge on joue des « mystères de la Nativité », forme de théâtre populaire où sont mises en scène les chapitres du Nouveau Testament relatifs à la naissance de Jésus. Ces saynètes sont accompagnées de chants spécifiques, les chants de Noël.

Elles évolueront vers une forme appelée « pastorale », qui se concentre sur l'annonce faite aux bergers. Très en vogue à la Cour du roi de France au XVIIIe siècle, les pastorales sont encore populaires dans certaines régions, notamment en Provence.

Dans de nombreuses paroisses catholiques, le soir de Noël ou quelques jours avant, les enfants jouent des passages de la Nativité, accompagnés par des chants de Noël.

Cette tradition est appelée Carol Service dans les pays de langue anglaise. C'est par ces traditions que sont parvenus les nombreux chants mettant en scène l'annonce faite par les anges aux bergers.Le plus ancien chant de Noël français ayant subsisté jusqu'à aujourd'hui est le cantique Entre le bœuf et l'âne gris ; il remonte au début du XVIe siècle.

Dans les pays anglo-saxons, on chante des Christmas carols, en Wallonie des heyes, en Espagne des villancicos, en Russie des koliadki aux portes des maisons, en Roumanie des colinde, en Pologne des kolęda, en Bulgarie des koleda, en Italie des canti Natalizi ou des pastorali, en Allemagne des Weihnachtslieder, aux Pays-Bas méridionaux du XVIIe siècle des cantiones natalitiæ.

En Angleterre, il est de tradition que des groupes de chanteurs aillent de maison en maison chanter des noëls, où ils sont récompensés par un peu d'argent, quelques cakes ou une boisson appropriée. L'argent collecté est normalement reversé à une œuvre de bienfaisance.

Dans les pays où elle est implantée, l'Armée du salut organise des collectes publiques sur les trottoirs à Noël, au son d'ensembles de cuivres (brass bands) jouant des noëls.

Dans les Antilles, en période de Noël, les familles et les amis se réunissent pour un chanté Nwel, réunion où l'on interprète des chants de Noël très rythmés. Ces chants ont pour l'essentiel été importés par les missionnaires d'Europe mais les rythmes, et parfois les paroles, ont été adaptés au goût local.

Comme partout ailleurs en Europe et en Amérique du nord, en France, on mange de la dinde, de l'oie, du rôti de porc, des huîtres et du foie gras. La "bûche" est toujours présente, dans certaines régions.

On donne les cadeaux aux enfants la veille de Noël, mais les adultes attendent le jour de l'An pour échanger leurs cadeaux.

Noël est une fête qui comporte certes une composante religieuse, mais pas seulement. Des gens de toutes confessions, athées ou agnostiques, fêtent Noël...

Celle-ci ne menace en rien le principe de laïcité, contrairement à ce que l'on veut nous faire croire. J'aimerais donc rappeler que Noël est aussi la fête du partage. Et je doute fort que les personnes qui sont à l'origine de ces polémiques, et dont le seul but est la stigmatisation de l'autre, soient dans cet esprit-là.

Sujet: Noël une fête ancestrale

Aucun message nʼ a été trouvé.

Nouvel avis