'Il faut laisser à l'EI la possibilité d'établir un Etat et le laisser tomber dans son propre piège'

19/09/2014 09:02

© - AFP PHOTO / HO / WELAYAT SALAHUDDIN

Les décapitations publiques de David Haines, James Foley et Steven Sotloff ont convaincu le monde qu'une intervention armée était nécessaire pour venir à bout de l'organisation terroriste de l'Etat islamique (EI).

Mais dans un article du Guardian, Chelsea Manning estime que ce n'est pas la bonne stratégie.

Pour gagner la bataille avec l'EI, il faut faire quelque chose de contre-intuitif : le laisser incarner un Etat, pour qu'il se discrédite lui-même, et disparaisse  à la suite de ses propres dissensions.

 

Manning indique d'abord qu'elle a été analyste militaire pour l'armée américaine et qu'elle officiait pour une brigade en Irak. Elle est née Edward Bradley Manning et est devenue célèbre en 2010 après avoir été l'informateur qui a remis à Wikileaks une vidéo d'un raid aérien datant du 12 juillet 2007.

Manning a été arrêtée et condamnée à 35 ans de prison en 2013 (c'est d'ailleurs depuis sa cellule de la prison de Fort Leavenworth qu'elle a rédigé cet article).

Le lendemain de sa condamnation, elle a fait part de son souhait de changement d'identité et a pris le nom de Chelsea Manning.

Ces derniers mois, l'EI a fait de grandes avancées en Irak et les médias n'ont pas manqué de rapporter sa prise de contrôle d'une grande partie du territoire irakien, et notamment de grandes villes comme Mossoul.

Les Etats Unis et leurs alliés ont décidé d'éradiquer le groupe par des frappes aériennes et des bombardements. Mais, selon Manning, cette tactique ne fera qu'alimenter le soutien pour le groupe terroriste.

L'EI connaît les tactiques de ses adversaires, et Manning juge qu'il est capable d'exploiter les vulnérabilités et les erreurs des pays démocratiques occidentaux. Il sait comment attirer les pays occidentaux dans une guerre impossible à gagner pour eux.

Même si des frappes aériennes ou le déploiement d'unités d'élite sur le terrain peuvent être très tentants pour les décideurs occidentaux, ils n'aboutiront probablement pas aux résultats escomptés.

Les combats conventionnels risquent d'initier un cercle vicieux composé de l'indignation de la population arabe vis-à-vis des victimes innocentes, d'un recrutement encore plus efficace de nouveaux djihadistes provenant des pays mêmes qui cherchent à les combattre, et d'un renforcement de leur organisation militaire.

Manning pense au contraire qu'éviter la confrontation directe avec l'EI a plus de chances d'aboutir, et rappelle qu'une telle stratégie a déjà été couronnée de succès en Irak. 

Seule une tactique d'isolement peut ralentir la croissance de l'EI et affaiblir la menace qu'il pose. Manning suggère que l'Occident se concentre sur quatre axes stratégiques:

  • Tenter de contredire le contenu que le groupe publie en ligne pour attirer de nouvelles recrues, telles que les vidéos et les photos héroïques, pour étouffer la diffusion de la propagande de l'EI, et éviter les recrutements de nouveaux djihadistes. 
  • Définir publiquement de nouvelles frontières dans la région pour dissuader l'EI de s'emparer de certains territoires et de déclencher des catastrophes humanitaires.
  • Etablir un moratoire international sur le paiement de rançon pour les otages. Travailler avec la région pour empêcher l'EI de voler des trésors ou autres objets de valeur pour en tirer des sources de revenus. En particulier, les réserves de pétrole et les raffineries de l'Irak devraient être bien défendues pour empêcher l'EI de s'en emparer pour s'assurer des recettes stables. Tout doit être fait pour perturber son financement.  
  • Laisser l'EI échouer de lui-même en lui donnant la possibilité d'établir un Etat sur une zone limitée sur une période de temps assez longue pour révéler son incapacité à gouverner et susciter le mécontentement. L'idéologie de l'EI sera définitivement discréditée dans le monde musulman.

Selon Manning, si les Occidentaux parviennent à isoler ainsi l'EI, le groupe perdra sa capacité à se maintenir, sa croissance sera stoppée, et l'émergence de factions rivales achèvera de le désintégrer. De cette manière, il ne pourra jamais atteindre son objectif de créer un Etat fort.

Pour que cette stratégie réussisse, le monde a besoin de témoigner de la discipline pour permettre au feu de l'EI de se consumer de lui-même, en n'agissant qu'avec discernement et en évitant le piège infernal du combat conventionnel et des « missions » douteuses.

https://www.express.be/joker/fr/platdujour/il-faut-laisser-a-lei-la-possibilite-detablir-son-propre-etat-et-le-laisser-tomber-dans-son-propre-piege/207931.htm