Pourquoi j'ai refusé de participer à la chanson 'Do they know it's Christmas' du Band Aid pour lutter contre Ebola

24/11/2014 12:34


Au Royaume Uni, le chanteur Bob Geldof vient de reformer un nouveau collectif d'artistes (dont Bono, Chris Martin, Robert Plant, Ed Sheeran, Emeli Sande, Angélique Kidjo, Sinead O'Connor et One Direction). pour enregistrer une quatrième version du disque « Do They Know It's Christmas? ».

Les bénéfices du premier opus de ce titre, datant de 1984, avaient été destinés à lutter contre la famine en Ethiopie. La dernière version, lancée le 17 novembre dernier, est dédiée à la lutte contre l'épidémie d'Ebola en Afrique, et elle est déjà un franc succès.

Mais sur les réseaux sociaux, c'est la polémique : beaucoup s'interrogent sur l'emploi d'images dramatiques de victimes de la maladie pour susciter l'émotion du spectateur. 

Cependant, dans un tweet, le rappeur britannique Fuse ODG a annoncé qu'il avait refusé de participer à cette initiative. Il s'en explique dans le journal britannique The Guardian. En voici quelques extraits :

« (...) Une semaine avant l'enregistrement de Band Aid 30, j'ai reçu un coup de fil de Geldof me demandant si je voulais y prendre part. J'étais honoré que l'on me le demande, et me joignant à son désir de faire quelque chose contre la crise de l'Ebola, je lui ai dit que je voulais lui donner mon soutien.

Mais j'avais aussi mes inquiétudes. J'étais sceptique, en raison des paroles et des vidéos des précédentes chansons caritatives, et j'ai craint que cela prenne la forme de la présentation constamment négative du continent africain en Occident.

Geldof et moi nous sommes longuement entretenus à propos de cela, et il était d'accord avec moi sur plusieurs points, m'assurant que nous l'utiliserions comme une opportunité pour montrer les côtés positifs de l'Afrique.

Cependant, lorsque j'ai reçu les propositions des paroles de la chanson jeudi, deux jours avant l'enregistrement qui devait avoir lieu à Londres, j'ai été choqué et consterné par leur contenu. (...)

J'ai souligné à Geldof les paroles avec lesquelles j'étais en désaccord, telles que les phrases « Quand un baiser d'amour peut vous tuer et que la mort est présente dans chaque larme » et « il n'y a pas de paix ni de joie en Afrique ce Noël ». Au cours des 4 dernières années, je me suis rendu au Ghana à la période de Noël pour le seul but de la paix et de la joie. Aussi, pour moi, ce serait mentir que chanter ces paroles serait mentir.

En vérité, mon objection contre ce projet va bien au-delà des paroles offensantes de la chanson. Comme beaucoup d'autres, je suis malade du concept général de l'Afrique, c'est-à-dire, un continent riche en ressources avec un potentiel sans limite, mais toujours considéré comme étant ravagé par les maladies, infesté de vermine, et frappé de pauvreté. En fait, 7 des 10 économies ayant la plus forte croissance du monde se situent en Afrique.

Permettez-moi de clarifier. Je n'ignore pas qu'il y a actuellement une épidémie d'Ebola et que les gens ont besoin d'aide. Depuis le début de l'épidémie en mars, plus de 5.000 personnes en sont mortes. Mais chaque être humain a droit à la dignité dans ses souffrances et les images qui crépitent sur nos écrans privent les victimes de l'Ebola de tout ce qu'il leur reste de cette dignité, pour beaucoup alors qu'ils sont à l'agonie, au moment où l'on devrait le plus la leur garantir.

Je ne conteste pas les bonnes intentions du Band Aid. Mais la stratégie de choquer les gens qu'ils ont utilisée depuis les années 1980 a incité toute une vague d'organisations « pour la bonne cause » à se montrer irresponsables en ce qui concerne les images qu'elles ont montrées au monde. Elles ont été totalement subjectives. C'est en partie compréhensible, parce qu'elles ne lèveraient pas autant d'argent si elles montraient l'aisance, la richesse, et les styles de vie heureux qui existent sur le continent. Mais pendant qu'elles faisaient ce travail « pour le bien », un gigantesque déséquilibre s'est créé.

Cette image de pauvreté est très puissante psychologiquement. Après des décennies de diffusion de ces images, l'Occidental moyen donnera facilement 2 livres par mois ou il sera plus enclin à achèter un disque caritatif qui lui donnera un vague sentiment de bonne conscience ; mais il est beaucoup moins susceptible de souhaiter se rendre en Afrique pour ses vacances, ou investir en Afrique. Si vous lisez ceci et que vous n'êtes jamais allé en Afrique, demandez-vous pourquoi vous ne l'avez jamais fait. (...)

J'espère du fond de mon cœur que la maladie sera éradiquée au Sierra Leone, au Liberia et en Guinée. Mais même si les tactiques pour choquer les gens et les images négatives permettent de lever des fonds à court terme, les ravages qu'elles font à long terme seront bien plus longs à réparer. » 

Band Aid 30 HD - Do they know it's Christmas par musicandother2014