A Londres, il est maintenant possible de louer une BMW... à la minute

08/12/2014 17:12

Ce jeudi, BMW débute son nouveau service d'autopartage à Londres, DriveNow.

Les citadins qui ne souhaitent pas utiliser les transports en commun pourront louer des Mini, des i3 électriques, et d'autres modèles du constructeur sur de courts trajets, et ils pourront abandonner les véhicules à leur point de destination, sans avoir à se soucier de les ramener à leur point de départ.

Les clients de ce service doivent préalablement s'y abonner, puis ils peuvent commander leur véhicule au moyen d'une application ou de leur carte bancaire, et ils paieront un supplément en fonction de la durée d'utilisation. Tout est compris dans ce tarif ; en particulier, les frais d'assurance et de stationnement sont inclus.

L'autopartage est de plus en plus populaire en Occident, et de plus en plus de constructeurs automobiles s'engouffrent dans ce marché. BMW, qui a lancé DriveNow en 2011 dans le cadre d'une coentreprise avec le loueur de voitures Sixt, propose déjà ce service dans sept villes, dont cinq en Allemagne, mais aussi Vienne et San Francisco. Le constructeur souhaite l'étendre à 15 autres villes européennes non allemandes, et 10 villes d'Amérique du Nord.

D'autres constructeurs et entreprises du secteur automobile (y compris ZipCar, détenue par Avis), ont déjà tenté de proposer des formules similaires à Londres, un marché très convoité, compte tenu du gros potentiel de clients. Mais les utilisateurs de Zipcar doivent ramener le véhicule au point de départ.

Daimler avait également lancé un service semblable en 2012, Car2Go, à Londres puis à Birminghman. Mais il a jeté l'éponge cette année, après avoir échoué à se constituer une clientèle suffisante, et à assurer une répartition judicieuse de son réseau de voitures. Il est en effet très compliqué de parvenir à une distribution adéquate des véhicules dans toute la ville en fonction des besoins des clients.

Mais les analystes sont optimistes à l'égard de ce business-model. Une combinaison de facteurs, tels que la hausse des prix de l'essence, la plus grande longévité des véhicules, le déclin de la voiture en tant que symbole de statut social et la baisse du nombre de jeunes qui obtiennent leur permis de conduire, font que les Européens achètent de moins en moins de voitures.

Selon le cabinet de consultance Frost & Sullivan, d'ici 2020, ce service pourrait compter 800 000 adhérents à Londres, contre 170 000 aujourd'hui.

Un autre cabinet, AlixPartners, a déterminé qu'un seul véhicule utilisé en autopartage suffisait à remettre en cause 32 projets d'achats de véhicules personnels. Le groupe de recherche Laffer Associates a évalué qu'à raison d'un taux de croissance de 5% annuel, ce service pourrait diviser de moitié les ventes de voitures aux Etats-Unis d'ici 2020.

Les constructeurs l'ont bien compris. Outre BMW, Volkswagen et Peugeot-Citroën ont déjà manifesté leur intérêt pour ce débouché.

https://www.express.be/sectors/fr/auto/a-londres-il-est-maintenant-possible-de-louer-un-bmw-a-la-minute/209691.htm