16 millions d’esclaves dans le monde fabriquent nos marchandises

21/07/2019 10:19

L’esclavage est illégal dans le monde depuis près de quatre décennies. Toutefois, cela ne correspond pas vraiment à la réalité. Selon le dernier rapport de Walk Free Initiative, une organisation qui lutte contre l’esclavage, 40,3 millions de personnes vivaient dans des conditions d’esclavage en 2018, la plupart étant des femmes.

Selon l’organisation, environ 16 millions de travailleurs forcés sont actuellement employés par des fournisseurs mondiaux. Par ailleurs, ces chiffres ne tiennent pas compte du travail des enfants.

Décisions formelles

« La Mauritanie a été le dernier pays à rendre l’esclavage illégal en 1981 », écrit Annalisa Merelli, spécialiste en géopolitique du magazine Quartz. Mais ces décisions formelles n’ont pas réellement mis fin à l’esclavage.

Il est facile de croire que l’esclavage se limite aux pays pauvres ou sous-développés, ou aux pays aux antécédents douteux en matière de droits de l’homme. Toutefois, l’esclavage a lieu partout. Récemment, on apprenait qu’un certain nombre de diplomates étrangers aux États-Unis utilisaient des esclaves domestiques dans leurs résidences américaines.

L’ONU et ses États membres se sont engagés à éradiquer l’esclavage, le trafic d’êtres humains, le travail forcé et le travail des enfants d’ici 2030. Mais les progrès ont été faibles et lents. Seuls 31 pays ont ratifié le protocole des Nations Unies sur le travail forcé, un cadre juridique permettant aux pays d’identifier et de cibler l’exploitation.

Les États-Unis et de nombreux pays européens figurent parmi ceux qui n’ont pas encore ratifié ce protocole. Dans le monde entier, les procédures permettant d’identifier les victimes de l’esclavage ou de les soutenir font défaut.

Moins de 40 pays ont mis en place des systèmes et des lois pour empêcher les entreprises d’acheter des produits liés à l’esclavage et au travail forcé dans la chaîne de production.

Éducation

Selon Katharine Bryant, responsable de la recherche chez Walk Free, même les pays qui ont explicitement inclus des mesures contre l’esclavage dans leur législation n’appliquent ces lois de manière efficace. « La circulation mondiale des marchandises rend extrêmement difficile le fait de s’assurer que les produits sont sans main-d’œuvre esclave. Il est difficile de savoir si, par exemple, les composants d’un article assemblé aux États-Unis sont tous fabriqués sans recourir à la main-d’œuvre esclave ailleurs. »

L’industrie textile, entre autres, a mauvaise réputation dans le domaine du travail forcé. Il en va de même pour le secteur de la technologie, où les entreprises omettent souvent de surveiller les chaînes d’approvisionnement des composants de leurs produits. En outre, il convient de garder à l’esprit qu’il existe souvent des pratiques douteuses qui ne sont pas officiellement considérées comme de l’esclavage.

Selon Bryant , les efforts sont encore trop isolés et la loi est limitée dans son application des règles sans la coopération et l’engagement du secteur privé.

« Même lorsque les entreprises ont mis en place un cadre juridique, il manque encore un autre élément important: l’éducation.

Promouvoir l’éducation aux droits de l’homme chez les personnes menacées d’exploitation – par exemple dans les communautés de travailleurs migrants ou lorsque les mariages forcés sont une pratique courante – est une étape importante à franchir.

Une grande partie de la population mondiale n’est pas consciente de ses droits. Il existe des cas où des personnes ont été exploitées sans réaliser qu’elles étaient en esclavage », a encore déclaré  Katharine Bryant.