Adaptation Explosive, l’adaptation 4.0 des Jaunes

27/12/2018 04:14

Ecoutant le Pays, écoutant les médias et les « experts », nous pouvons dire qu’une gigantesque adaptation à notre environnement mouvant fait corps avec les mouvements sociaux qui agite notre pays en son tréfond.  De quel mouvement s’agit-il en fait ? :

Il s’agit d’une désinhibition à l’échelle d’un peuple qui résonne au-delà de ses frontières face à l’ultra libéralisme et la mondialisation qui affectent la planète, face à des prises du pouvoir par des inconnus de l’ombre surgissant dans la lumière crue, éblouissant les uns comme un soleil trop vif, déstabilisant le système que l’on croyait perpétuel depuis 70 ans.

Dans cet élan de révolution de palais, couvaient bien silencieusement, les ferments de la révolte, les ferments d’une révolution 3.0 qui s’étaient exprimés en France par l’utilisation victorieuse mais balbutiante du blockchain et de projets diverses et éclectiques de vote citoyen ,  qui firent monter au firmament des personnalités de la  vie civile  qui pouvaient , telle peau d’âne dissimuler leurs apparences politiques sous un masque de carnaval Vénitien indistinct et se mouvoir dans une   bacchanale  infernale.

Sitôt, la personnalité de l’ombre, surgit-elle, il y a précisément 19 mois, les gourous de la politiques, loups [bourgeois souvent] mais déguisés en peau de mouton, entrèrent dans la bergerie et se firent les prosélytes et les chantres d’un mouvement En Marche, en forçant, unilatéralement les tenants votants, d’une ébauche évanescente de démocratie directe et populaire , à choisir l’exclusion ou l’inclusion dans le Et où ! Où et  et puis le En Même Temps

Celles et ceux qui ne firent point acte d’allégeance sombrèrent dans l’oubli et même dans la dépression financière et l’ostracisme sectaire du nouveau maître des horloges.

Advint ce qui devait arriver : des générations spontanées d’opportunistes placèrent leurs visages inconnus devant celui du nouveau Maître qui se couronna lui-même du sarment de vigne tressé, nouveau thuriféraire du nouveau monde ! et les députés obscurs se firent élire les doigts dans le nez, tel Billy the Kid sur ses affiches Rewards sur la façade des locaux des shérifs. 

Cependant, telle une vieille horloge à balancier, le retard à gauche s’accentua, tandis que le balancier prit de l’avance à droite, tic- tic, tic- tac ! 

Le sort funeste du Maître allait être scellé du fait de l’Adaptation qui sommeillait, ouvrit un œil, puis l’autre et se mit à brandir des Gilets Jaunes  plutôt que des pics.

Les transfuges des mouvements citoyens d’avant les élections mort-nés, entraînés par les loups sous leurs oripeaux de lapin, affublés d’un état-major de vieux briscards de la politique, entraînèrent les nouveaux députés à des séminaires gouverneaux pour apprendre, d’une part à reconnaitre le Maitre et d’autre part à apprendre à voter d’une seule voix.

Les jeunes élus et moins jeunes élus issus de la société civile, se massèrent aux portes du pouvoir pour y recevoir le lait que traient les Fourmis avec leurs colonies de Pucerons ;

C’était sans compter sur les « cocus votants » de la révolution numérique par Blockchain, dont votre serviteur faisant aussi partie.

Il faut bien le dire ici, ceux qui devinrent députés n’étaient pas tous issus de ce large mouvement, mais ils étaient aux aguets, la main sur le cœur et prêt à tout, y compris : Baiser les fesses des Nouveaux Maîtres de Céans qui s’étaient si bien préparés à prendre ce pouvoir en utilisant les artifices de la constitution et des lois électorales pour s’emparer de toutes les manettes exécutives et législatives.

Si une tête de député ne convenait pas, la règle de l’élimination était de règle. Et c’est ainsi que l’anesthésie collective se réalisa durant 18 mois dans une indifférence diffuse, lourde de non-dits, lourde de rancœur, d’avoir été fait cocu si aisément !

Des appels via les réseaux sociaux firent éclater les égouts du pouvoir qui se déversèrent sur tous les territoires, l’étincelle, se fut le Carburant et le fait que les gabelles étaient gaiement utilisées par le Trésor Royal pour combler la Cassette des Maîtres et non pour l’arlésienne de la Transition. Boum !

Les samedis se succèdent et la mèche lente se consume de ronds-points en ronds-points ; Dès lors l’embrasement de guérillas irrépressibles, incontrôlées, inopinées et mouvantes s’agrégèrent, puis se désagrégèrent, les premiers Messagers, affolés du réveil du peuple et se rappelant l’histoire de la génèse de la république française, vinrent à se taire, tandis que d’autres prirent la relève.

Bien entendu, toute la misère et les frustrations des banlieues vinrent s’y agglomérer.

Assemblée constituante, gouvernement de transition et de salut national, demandent de l’entrée de militaires dans la danse pour provoquer un électrochoc qui stimulerait l’avènement d’une nouvelle démocratie 4.0, un pays ou le peuple s’y retrouverait enfin dans le budget, 1 euro va là, 1 euro va ici.

Et  puis , ces  nouveaux  députés du nouveau monde d’En Marche  qui répètent à qui veut l’entendre  qu’ils écoutent et tentent de remonter l’information du local au central, rien n’y fit , car ils sont la société civile, ils sont ceux qui perçoivent  brutalement des émoluments qui sont en décalage avec ceux des ouvriers, des cadres, des artisans , des indépendants , des policiers, des CSR, des infirmières, des  sans  grades, des acteurs sociaux, des fleuristes , des pompiers, des ambulanciers ...

C’est ici que le mouvement des Gilets Jaunes prend son sens le plus existentiel : ils réclament que les salaires et les prébendes des députés redeviennent ceux des citoyens ordinaires, ils veulent que les banques arrêtent de spéculer sur les plus petits communs dénominateurs, tant il est clairement étudié que les pauvres ne se rebêlent que rarement face à leurs banquiers lesquels détiennent le droit de vie ou de mort sur le peuple en souffrance.

Les Jaunes n’arrêteront certainement pas quelque soit la forme que cela prendra, tant que le fameux nouveau monde, ne sera pas débouté de son arrogance et évincé dans les limbes.

Ce nouveau Monde d’une révolution de palais qui a fait pschitt ! est mort-né.  Les stigmates de la trahison ne  s’effaceront pas de sitôt.

Icare, Maître des horloges, a brulé ses ailes de papillon et il dégringole dans les flots boueux des marécages de l’histoire, c’est dommage, il a raté le coche car il n’était en fait que la mouche du Coche.

Aujourd’hui, nous voyons de vieux Chars des années 80, des antiquités repeintes à la hâte sur les Champs Elysées, nous voyons des hommes à cheval, nous voyons des barricades, l’histoire se répète mais en 4.0.  Il y a de quoi trembler, tant pour la France que vous ses vielles barriques politiciennes.

Quand le vin est tiré ! il faut le boire jusqu’à l’alla lie et le calice jusqu’à la lie. Car, pour la première fois de l’histoire de France, ces mouvements ci restent largement imprévisibles, car ils utilisent l’arme de l’intelligence collective et de la fraternité, mélange hautement détonant. Ce gouvernement devrait utiliser désormais l’Art de la paix, plutôt que d’utiliser l’Art de la Guerre . 

©José manuel BOUDEY