Allemagne ne sait pas comment dépenser son excédent budgétaire

14/01/2020 11:39

Réduire les impôts ou augmenter les investissements publics ? L’Allemagne réfléchit à la meilleure façon de dépenser son excédent budgétaire (13,5 milliards d’euros), sans parvenir à se mettre d’accord.

C’est une question que beaucoup aimerait pouvoir se poser : que faire de l’argent que l’on a en trop ? Pourtant, en Allemagne, la question divise le débat politique.

Le ministère des Finances a publié les comptes pour 2019. Outre-Rhin, les finances publiques montrent un excédent de 13,5 milliards d’euros. Cela signifie que la réserve du gouvernement contient maintenant 48,2 milliards d’euros (53,61 milliards de dollars), dont environ deux tiers ont déjà été affectés à l’utilisation tandis qu’environ 17,1 milliards d’euros sont encore disponibles pour de nouveaux projets.

Investissements publics vs. Suppression d’impôts

D’où la question : que faire de ces milliards ? Pour le centre-gauche d’Olaf Scholz, il faut augmenter les investissements publics pour stimuler une croissance à la traîne. Un moyen aussi de répondre aux pressions internationales qui demandent aux autorités allemandes d’injecter des stimulants fiscaux en soutien à l’économie, rapporte l’agence Reuters.

Du côté des conservateurs, on plaide plutôt pour une réduction de l’impôt des entreprises. ‘Étant donné la situation économique difficile, nous devons enfin commencer à réduire les impôts sur les sociétés et également réduire la surtaxe de solidarité (sur l’impôt sur le revenu) pour tout le monde à partir de 2022’, a déclaré Eckhardt Rehberg, l’homme fort des conservateurs en matière de budget.

Ces chiffres étonnamment bons sont principalement dus à de fortes recettes fiscales, des paiements d’intérêts plus faibles que prévu et une sortie plus lente que prévue des fonds destinés aux projets d’infrastructure, selon le ministère. L’économie allemande montre toutefois une certaine perte de vitesse, due notamment au ralentissement plus général de l’économie mondiale.

Source: Reuters