Départementales 2015 : un parti musulman sur les rangs

14/02/2015 12:20

Le Point - Publié le

Houellebecq l'a rêvé, l'UDMF le fait : non pour prendre le pouvoir en France, mais pour faire entendre la voix des musulmans, "noyée dans le silence".

L'Union des musulmans de France, qui revendique 900 adhérents, a déjà un élu à Bobigny. (Photo d'illustration)

L'Union des musulmans de France, qui revendique 900 adhérents, a déjà un élu à Bobigny. (Photo d'illustration) © Jean-Philippe Ksiazek/AFP

    
  

"Nos voix trop longtemps noyées dans le silence"

Pour le canton de Bobigny, l'UDMF a présenté Khalid Majid, 36 ans, cadre commercial à la SNCF, et Schérazade Benhaddad, 34 ans, une militante associative secrétaire de la section locale du parti, qui a ouvert trois sections en Seine-Saint-Denis.

"Aujourd'hui, dans un contexte dramatique comme celui que nous connaissons, nous avons davantage besoin d'entendre nos voix trop longtemps noyées dans le silence", explique M. Majid dans sa profession de foi, publiée sur le site internet de la section.

"C'est un combat essentiel pour lutter contre les stigmatisations et amalgames dangereux qui associent terrorisme et islam", ajoute-t-il.

Lors des élections municipales de 2013, Hocine Hebbali a été élu sous l'étiquette UDMF sur la liste UDI conduite par Stéphane de Paoli à Bobigny. À ce jour seul élu que compte ce parti lancé en 2012, il est conseiller municipal délégué à l'histoire locale et aux mémoires.

La liste conduite par Stéphane de Paoli s'était appuyée sur le vote de la communauté musulmane pour battre les communistes, implantés de très longue date dans cette commune de Seine-Saint-Denis.

Outre Bobigny, l'UDMF, qui revendique 900 adhérents et 8 000 sympathisants, devrait présenter des candidats dans 7 autres cantons dans toute la France, selon Le Parisien.

L'UDMF a un précédent, le Parti des musulmans de France, créée en 1997 à Strasbourg. Son président, Mohamed Latrèche, avait obtenu 0,92 % des voix aux législatives de 2007.