Des chercheurs auraient-ils découvert le secret de la jeunesse éternelle ?

08/11/2014 15:42

Des scientifiques de l'Université d'Harvard et de l'Université de Nouvelle-Galles du Sud ont réussi à arrêter et à inverser génétiquement les effets du vieillissement, rapporte le journal The Mirror.

Pour l'instant, ces résultats n'ont été observés que chez des souris, ont fait savoir les chercheurs américains et australiens.

Le professeur de génétique de l'Université d'Harvard, David Sinclair, a expliqué au média qu'il était possible de lutter contre le vieillissement des cellules, ce qui laissait présager l'élaboration de traitements médicaux extrêmement avancés.


« Nous avons découvert les gènes qui contrôlent la manière dont le corps combat le vieillissement et ces gènes, si vous les activez correctement, peuvent avoir des effets très puissants et même parvenir à inverser le processus de vieillissement, du moins chez les souris », a expliqué le scientifique.

A l'aide de protéines naturelles et de molécules, les scientifiques ont réussi à « éteindre » les gènes responsables du vieillissement et à activer les gènes « jeunes ».

Pour l'instant, les tests n'ont été concluants que chez les souris mais les chercheurs ont d'ores et déjà initié la première étape d'essais cliniques sur des humains et les résultats pourraient être très prometteurs.

« Nous avons nourri les souris avec une molécule appelée NMN et le processus de vieillissement s'est complètement inversé dans les muscles en une semaine de traitement. Nous cherchons à présent à inverser tous les aspects du processus de vieillissement », a encore indiqué Sinclair.

Le scientifique a expliqué que les chercheurs étaient passés d'essais cliniques sur des souris à des études préliminaires sur des sujets humains.

Plusieurs tests ont été réalisés mondialement et les résultats des prochaines années permettront de déterminer si cela fonctionne effectivement sur l'homme.

Les molécules qui ont allongé la durée de vie des souris sont sans danger pour les humains. Par ailleurs, elles semblent avoir des propriétés anti-inflammatoires et pourraient ainsi être utiles pour lutter contre des inflammations telles que les rougeurs cutanées ou même les maladies inflammatoires de l'intestin.

« Nous souhaitons que ces molécules soient prises par de nombreuses personnes afin de lutter contre les pathologies liées au vieillissement et ainsi les faire vivre plus longtemps et en meilleure santé ».

Selon le Time Magazine, le professeur Sinclair est une des personnes les plus influentes dans le monde en raison de son travail en génétique.

Il est l'un de ceux qui estiment que boire régulièrement un verre de vin rouge peut allonger l'espérance de vie grâce à la présence, dans ce breuvage et dans le raisin, d'une molécule, le resvératrol, qui aurait des propriétés anti-oxydantes et un effet anti-vieillissement sur la peau.