Eon Musk : La fusion du cerveau humain à l’ordinateur est pour bientôt

28/04/2019 11:36

Neuralink, une startup créée par Elon Musk, serait sur le point d’annoncer la création d’une interface permettant de connecter le cerveau humain aux ordinateurs. C’est ce qu’affirme un tweet du milliardaire américain d’origine sud-africaine, sans préciser aucun autre détail.

Neuralink a été créée en 2016 avec l’ambition de développer des équipements pour améliorer le cerveau humain. Néanmoins, ses activités sont demeurées très discrètes, et l’on en sait très peu sur leur teneur exacte.

Fusionner avec l’intelligence artificielle

Sur son site internet, elle évoque une technologie basée sur une connexion reposant sur « une bande passante ultra-élevée » entre le cerveau et l’ordinateur.  L’année dernière, Musk a expliqué lors d’un podcast de « The Joe Rogan Experience » que cette technologie permettrait aux humains de « fusionner efficacement avec l’intelligence artificielle ».

Précédemment, le concept de cette connexion avait été détaillé dans un article de la revue Nature Nanotechnology. Il évoquait l’injection d’un circuit flexible dans un cerveau vivant. « Nous essayons de brouiller la distinction entre les circuits électroniques et les circuits neuronaux », avait alors déclaré Charles Lieber, chercheur à Harvard, qui avait co-rédigé cette étude. « Nous devons marcher avant de pouvoir courir, mais nous pensons que nous pouvons vraiment révolutionner notre capacité d’interface avec le cerveau. »

L’IA risque de transformer les humains en animaux domestiques

Lors d’une conférence sur la technologie en 2016, Musk a averti que les humains finiraient par être traités comme des animaux domestiques par des machines disposant de l’IA. « Je n’aime pas l’idée de devenir un chat domestique (…) et je pense que la meilleure solution pourrait consister à ajouter une couche d’IA. »

Musk est en effet convaincu que la seule manière d’éviter que l’homme ne soit pas dominé par l’intelligence artificielle est de faire fusionner l’intelligence biologique avec les machines. Les connexions puissantes que l’homme pourrait parvenir à établir entre son cerveau et un équipement numérique devrait donc lui permettre d’échapper à son asservissement.

L’effet perturbateur de l’intelligence artificielle ne réside pas seulement dans sa capacité à effectuer des tâches spécifiques de manière plus efficace que les humains, mais concerne également la vitesse avec laquelle elle peut communiquer avec d’autres des appareils connectés. Les ordinateurs communiquent beaucoup plus vite entre eux que ne le font les humains, ce qui augmente la potentielle menace posée par leur supériorité en matière d’intelligence.

Selon Musk, une dentelle neuronale interagissant directement avec le cerveau permettrait aux utilisateurs de communiquer leurs pensées au travers d’ordinateurs avec davantage de bande passante et avec beaucoup moins de latence que ce qui est actuellement possible via des mécanismes de saisie d’informations tels que le clavier et la souris. C’est donc ce qu’il cherche à créer avec Neuralink : une symbiose entre l’intelligence humaine et la machine.

Des risques de piratage

Cependant, certains experts restent dubitatifs. Ils concèdent que cette technologie pourrait considérablement augmenter la puissance du cerveau humain, mais mettent en garde contre les risques de piratages.  Des individus malveillants pourraient en effet utiliser l’intelligence artificielle pour contrôler et diriger les pensées, les décisions et les émotions des gens, disent-ils.

« Les développements technologiques ouvrent la voie à un monde où il est possible de décoder les processus mentaux des personnes », soulignent-ils. « Cela pourrait également créer l’occasion de manipuler directement les intentions, les émotions et les décisions de ces individus. »

« Les avantages cliniques et sociaux potentiels des diverses applications de la neurotechnologie sont très vastes. Mais pour en bénéficier, nous devons guider ces développements pour qu’ils respectent l’humanité, qu’ils la protègent, et garantissent qu’elle n’offre que ce qu’elle a de meilleur.