Il est temps de l'admettre... 'Ils se marièrent, ils vécurent longtemps et eurent beaucoup d'enfants' n'est qu'un mensonge

26/08/2014 19:11

par Arnaud Lefebvre

© Amber Wilkie

« La triste vérité est que les mariages parfaits existent mais qu'ils sont rares », affirme sur Quartz le médecin américain Danielle Teller, auteure du livre : « Sacred Cows : The Truth about Divorce and Marriage ».

Il est donc nécessaire de trouver une stratégie pour obtenir de manière efficace un résultat avec un concept imparfait, précise Teller.

Selon elle, il existe deux manières possibles de réagir à des relations imparfaites.

D'une part, on peut reconnaître que cette relation imparfaite est aussi le meilleur lien que l'on créera et faire de ce mariage la meilleure chose possible.

D'autre part, l'alternative est de mettre un terme à cette union et d'aller à la recherche du partenaire parfait, en comprenant qu'on ne le trouvera peut-être jamais et que l'on restera peut-être seul le reste de notre vie.

« Il faut reconnaître que les attentes par rapport au mariage ont clairement changé », explique Danielle Teller.

« Avant la fin du 20ème siècle, il était particulièrement difficile pour les femmes de prospérer financièrement, d'exprimer leur sexualité et d'avoir des enfants en dehors du cadre du mariage.

En outre, les femmes seules ou divorcées étaient également stigmatisées ».

« Les femmes étaient donc également prêtes à accepter dans le mariage davantage de malheur pour éviter les conséquences sociales du statut de célibataire ou de divorcée.

Au 21ème siècle, la situation a complètement évolué. Les femmes n'ont plus besoin du mariage pour parvenir à la stabilité financière, à la satisfaction sexuelle, à l'approbation sociale ou pour avoir des enfants ».

« Les hommes et les femmes se marient aujourd'hui pour de vagues raisons comme l'amour ou l'accomplissement de soi », souligne l'auteure.

« Le problème est en fait que le contexte social n'a pas suivi ce changement culturel. La société encourage encore le mariage en remplissant la tête des enfants avec des images du véritable amour et du bonheur éternel ».

« Il y a en effet des couples qui peuvent atteindre cette image idéale ou s'en approcher, mais une grande partie des mariages se caractérisent par des relations décevantes.

Certaines personnes se sentent seules et d'autres encore ne peuvent même plus supporter la compagnie de leur partenaire ».

« La société peut réagir de diverses façons à ce problème », dit Danielle Teller.

« On pourrait accepter l'idée qu'un mariage malheureux est un contretemps et qu'une nouvelle tentative devrait être risquée. Cependant, le nombre de divorces serait encore plus important, ce que la société ne voit pas d'un bon œil ».

« D'un autre côté, on pourrait admettre que l'amour éternel dans une relation n'est rien de plus qu'une illusion, mais cela encouragerait les gens à ne plus se marier, ce que la société ne veut pas non plus voir se produire.

En réalité, on fait sous-entendre que les mariages réussis ne diffèrent en soi pas de relations malheureuses ».

« On affirme que certaines relations semblent pouvoir trouver la formule secrète du bonheur ou ont revu leurs attentes à la baisse si bien que les individus ne ressentent plus la douleur de la déception due à l'incompatibilité, la solitude ou l'ennui », dit Teller.

« Ces positions comprennent aussi des concepts valables ».

« Les mariages connaissent en effet des hauts et des bas et il n'est pas toujours indiqué de jeter l'éponge parce que la passion s'est un peu refroidie quelque temps.

Même les meilleurs mariages ne sont pas parfaits. Chaque couple connaît des difficultés. Le problème est plutôt qu'il est évident que toutes les relations ne sont pas parfaites, mais surtout que toutes les relations n'ont pas le même potentiel ».

« Ce n'est pas un message joyeux », avoue Danielle Teller. « Tout comme chacun espère être riche un jour, la plupart des gens aspirent à un bon mariage.

Les personnes qui n'ont cependant pas d'idée des problèmes qui vont de pair avec leurs souhaits, ne prendront peut-être pas de sages décisions.

Celles qui d'un autre côté sont persuadées que le bonheur leur est inaccessible, risquent aussi de faire de mauvais choix ».

« L'idée que des mariages parfaits existent, mais sont peu vraisemblables, peut cependant peut-être faire en sorte que l'on effectue des choix plus raisonnés en ce qui concerne le mariage et le divorce ».