Israël veut devenir le 4e pays à avoir fait atterrir un engin sur la Lune

21/08/2018 11:15

SpaceIL, une association à but non lucratif israélienne soutenue par un milliardaire, se prépare à réaliser l’alunissage commercial d’une sonde au début de l'année prochaine. Cela ferait d'Israël le 4e pays à faire atterrir un vaisseau sur la Lune. Avant lui, seuls la Russie (Luna 9, le 3 février 1966), les Etats-Unis (Surveyor 1, le 2 juin 1966) et la Chine (Chang'e 3, le 14 décembre 2013) y ont fait atterrir des sondes spatiales.

SpaceIL a été créée en 2011 par 3 chercheurs israéliens pour concourir à la compétition “Google Lunar XPRIZE”, dotée d’une récompense de 30 millions de dollars (environ 25 millions d’euros).

Le Sparrow

Depuis, elle a réussi à lever 95 millions de dollars (environ 84 millions d’euros), dont 1/3 émane de Morris Khan, un milliardaire israélien d'origine sud-africaine. Cet argent lui a permis de construire le “Sparrow" (le 'moineau'), une sonde lunaire poids plume (seulement 585 kg), équipée avec des caméras, des capteurs magnétiques et des dispositifs lui permettant de renvoyer des données sur Terre.

Au mois de juillet, SpaceIL a annoncé que le Sparrow allait être embarqué dans le lanceur Falcon 9 de Space X, qui devrait s'élancer de Cap Canaveral en décembre prochain. Après son largage, l'engin pourrait atteindre la Lune le 13 février 2019.

Il lui faudra donc 2 mois et demi de voyage pour atteindre la Lune, contre 4 jours pour Apollo. Cet écart s'explique par le faible poids et les restrictions budgétaires qui ont présidé à la construction du Sparrow. En effet, SpaceIL ne disposant pas du budget de la NASA, elle a conçu le plus petit vaisseau possible pour réaliser cette prouesse de façon économique. Ainsi, la sonde ne mesure guère plus de 1,50 m de haut, lorsqu'on la pivote en position de lancement.

Des ellipses toujours plus larges

"Dès qu'il sera dégagé du lancement de la fusée, le vaisseau spatial commencera à orbiter autour de la terre en suivant des ellipses toujours plus larges, ce qui lui fera finalement parcourir une distance totale de 9 millions de km. Ce parcours long et complexe a été choisi parce qu'il permettra de réaliser ce voyage vers la Lune avec une consommation de carburant minimale”, explique l'Organisation. Au terme de ce parcours, Sparrow alunira de façon autonome, et cet atterrissage ne devrait pas prendre plus de 15 minutes, pendant lesquelles le vaisseau réalisera des clichés et des vidéos qui seront envoyés à une salle de contrôle d'Israël Aerospace industries. Une fois sur la Lune, il prendra des mesures du champ magnétique de la Lune pour le compte de l'Institut des Sciences Weizmann de l'Université de Californie à Los Angeles.

Après la réalisation de sa mission, il demeurera sur la Lune, brandissant le drapeau de l'État d'Israël. “SpaceIL espère que la prochaine génération d'ingénieurs de scientifique sera capable de le ramener sur Terre”.

Les barèmes de Spaceflight Industries, la société en charge de l'organisation du vol de la fusée, suggèrent que le lancement de Sparrow pourrait coûter environ 20 millions d’euros.