Jérusalem célèbre le 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz… sans la Pologne

27/01/2020 11:35

Le porche d'entrée de Birkenau (1945) Localisation : Oswiecim, Pologne Créé en : 26 mai1940 Libération : 27 janvier 1945, par l'Armée Russe.

Estimation du nombre de victimes : entre 2,1 et 2,5 millions de morts (Cette estimation est considérée par de nombreux historiens comme étant un chiffre minimum.)

Une quarantaine de chefs d’état sont attendus ce jeudi à Jérusalem pour rendre hommage aux victimes de l’Holocauste. La Pologne a refusé l’invitation.

Le 27 janvier 1945, l’armée rouge découvrait avec horreur le camp d’Auschwitz-Birkenau en Pologne. Le monde découvre alors avec horreur la solution finale instaurée par le régime d’Hitler. Plus d’un million de détenus, pour la plupart juifs, sont morts dans ce camp.

Presque 75 ans plus tard, Israël a invité les chefs d’état à venir rendre hommage lors d’une grande cérémonie au Musée d’histoire de l’Holocauste à Jérusalem. Emmanuel Macron, Vladimir Poutine, Mike Pence, le président allemand Frank-Walter Steinmeier ou encore le prince Charles seront présents.

La Pologne absente

Le président polonais Andrzej Duda n’a pas répondu favorablement à l’invitation pour plusieurs raisons.

La première raison vient du fait que la Pologne n’a pas été invité à faire un discours lors de la cérémonie. Seuls l’Allemagne et les 4 pays alliés, soit la France, la Russie, l’Angleterre et les USA, auront le droit à la parole.

La Pologne est pourtant l’une des principales victimes du troisième Reich. Les juifs polonais sont les premiers à souffrir de l’antisémitisme allemand. Aujourd’hui, le pays doit vivre avec le souvenir sur ses terres de 6 camps d’extermination dont Auschwitz-Birkenau.

La seconde raison est liée directement aux invités présents à la commémoration. Le président russe Vladimir Poutine a laissé sous-entendre le mois passé que la Pologne partageait la responsabilité de la guerre.

Andrzej Duda préfère donc ne pas se confronter au président russe afin de ne pas se placer dans une situation compliquée avec Israël. Un événement commémoratif aura lieu à Auschwitz en Pologne le 27 janvier prochain.

Unis dans la lutte contre l’antisémitisme

Pour Israël, cette cérémonie est avant tout un moment de recueillement et un rappel des dangers de la pensée d’extrémiste.

Hier, le président israélien, Reuven Rivlin a demandé aux chefs d’état du monde entier d’être unis dans la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et l’extrémisme, dans la défense de la démocratie et des valeurs démocratiques. Le nombre d’actes antisémites sont en augmentation en Occident depuis plusieurs années.

Source : Reuters