L’Asie de l’Est pourrait faire face à une seconde vague de coronavirus

22/03/2020 10:31

Si les contaminations intérieures diminuent, les pays asiatiques continuent pourtant d’annoncer de nouveaux cas. Il s’agit pour la plupart de personnes venant de l’étranger où elles ont contracté le virus.

La Chine, Singapour et la Corée du Sud pensaient être pratiquement venu à bout de la maladie. Ces pays risquent pourtant de connaître une nouvelle vague de contaminations.

En cause : les voyageurs qui arrivent dans le pays avec la maladie.

Pour le deuxième jour consécutif, la Chine n’a pas annoncé de nouveaux cas dans la région de Hubei, épicentre de l’épidémie en Asie. Cependant, le pays compte aujourd’hui 39 cas supplémentaires. Ils viennent tous de l’étranger.

Même chose à Singapour qui a annoncé 47 nouveaux cas jeudi, mais dont 33 étaient ‘importés’.

La Corée du Sud, qui avait réussi à passer en-dessous des 100 nouveaux cas par jour, en a annoncé 152 cas hier.

Diminution de la vigilance

Que faire alors continuer une quarantaine stricte jusqu’à la sortie d’un vaccin, dans 18 mois au mieux?

Les êtres humains ne sont tout simplement pas faits pour maintenir pendant un long moment un haut degré de vigilance. Le personnel soignant va commencer en premier à fatiguer, ce qui peut être fatal, comme on l’a vu lors de l’épidémie de SRAS.

Assouplir les restrictions peut aussi être mortel pour les citoyens. Au Canada, Toronto avait légèrement relâché sa vigilance lors de l’épidémie de SRAS parce qu’elle n’avait plus de nouvelles contaminations. Mais des cas importés ont créé une deuxième vague d’infections.

En Asie, les premiers pays confrontés à la maladie commencent à réduire le confinement. Certaines frontières ont été rouvertes, laissant ainsi rentrer des résidents partis en voyage pendant la crise.

En Chine, les travailleurs ont été autorisés à retourner dans les usines. Dans certaines régions, les marchés sont même de nouveau accessibles. Si les nouveaux arrivants ne sont pas bien gérés, la population pourrait alors être à nouveau en danger.