L’énergie solaire et l’énergie éolienne peuvent désormais se passer de subventions

06/10/2019 10:46

Ces dernières années, l’énergie solaire et l’énergie éolienne ont considérablement renforcé leur position sur le marché mondial. Cela se devait principalement au soutien financier gouvernemental. Cependant, cette époque touche à sa fin.

Aujourd’hui, les énergies renouvelables sont si bon marché que les subventions dont elles avaient besoin auparavant sont de moins en moins nécessaires.

Les énergies éolienne et solaire peuvent de plus en plus concurrencer par leurs propres moyens le charbon et le gaz naturel, écrivent Mark Chediak et Brian Eckhouse, spécialistes de l’énergie de l’agence de presse Bloomberg.

De moins en moins de pays fournissent un soutien financier aux sources d’énergie renouvelable. La percée des carburants de substitution peut réduire l’impact du secteur de l’énergie sur le changement climatique.

« La production d’électricité et le chauffage représentent 25% des gaz à effet de serre dans le monde. Alors que l’éolien et le solaire démontrent qu’ils peuvent concurrencer seuls contre les centrales au charbon et au gaz naturel, les arguments économiques et politiques en faveur d’une énergie sans carbone deviennent de plus en plus difficiles à réfuter », expliquent les auteurs.

Rentabilité de l’énergie solaire et de l’énergie éolienne

La raison est que les subventions ont fonctionné. Après des décennies de quotas, d’allégements fiscaux et de tarifs de rachat, l’éolien et le solaire ont été suffisamment déployés pour que les fabricants et les développeurs deviennent de plus en plus efficaces et réduisent leurs coûts.

Depuis le début de cette décennie, le coût de l’énergie éolienne a diminué d’environ 50%. Le prix de l’énergie solaire a chuté de 85%. Selon Bloomberg, cela les rend moins chères que les nouvelles centrales au charbon et au gaz dans les deux tiers du monde.

Toutefois, malgré toutes ces progrès, l’énergie renouvelable a encore beaucoup de chemin à faire avant de pouvoir remplacer totalement le charbon et le gaz. L’énergie éolienne et l’énergie solaire ne représentaient encore que 7% de la production mondiale d’électricité l’année dernière. La plupart des projets dépendent toujours de subventions.

Contrats

Il existe également des obstacles pratiques. « L’énergie solaire et éolienne ne peuvent pas, contrairement au charbon et au gaz, fonctionner de manière continue.

Tant que les systèmes de batterie ne sont pas assez économiques pour que les producteurs stockent de l’électricité pendant des heures, les énergies renouvelables ne peuvent pas fournir en permanence de l’énergie comme le charbon et le gaz », précisent Chediak et Eckhouse.

Néanmoins, selon les analystes, les progrès sont évidents. Les contrats de vente en sont la preuve. Pendant des années, le secteur a dû demander des contrats d’approvisionnement d’au moins vingt à vingt-cinq ans pour générer un retour sur investissement suffisant.

De nombreux projets fonctionnent maintenant avec des contrats de quinze ans ou moins.