L’Europe, pourvoyeuse massive d’armes aux cartels de la drogue mexicains

03/02/2020 10:37

En raison de la faible sécurité que le gouvernement accorde à ses habitants, certaines communautés de l'État de Guerrero au Mexique ont formé une police communautaire civile.

Elles ont fait face aux dangereux cartels de la drogue qui prétendent contrôler la région par le biais de vols, de violences et d'enlèvements.

Des armes appartenant aux cartels mexicains ont pu être identifiées en provenance de l’Union européenne, introduites en contrebande ou volées aux forces de sécurité.

L’année 2019 aura été marquée par une escalade de la violence au Mexique, avec près de 35.000 homicides, soit 95 par jours et 4 par heure. Un record funeste provoqué notamment par la guerre de la drogue qui fait rage dans ce pays d’Amérique centrale, aggravée dès 2006 lorsque le trafic s’est militarisé.

Se procurer toute une panoplie d’armes est devenu un jeu d’enfant pour les cartels du pays. Une sauvage fusillade entre le cartel de Sinaloa et les forces mexicaines à Culiacán en octobre dernier en démontre la violence.

Si ce combat sanglant a fait 8 morts, une vingtaine de blessés et a conduit à la libération du fils d’El Chapo, il aura aussi permis de récupérer certaines armes… et d’élucider leur provenance.

Selon le site Korii, les services de recherche sur les armements (ARES) ont identifié des AK de fabrication roumaine, une mitrailleuse légère FN Minimi de Belgique ou encore des armes de poing originaires d’Italie.

Les chiffres du secrétariat à la Défense nationale du Mexique indiquent ainsi qu’un tiers des deux millions d’armes à feu introduites en contrebande ces dix dernières années au Mexique proviennent d’Europe.

Europe qui fournit aussi les armes des forces de sécurité mexicaines… souvent détournées par les trafiquants de drogue.

105 millions d’euros d’exportations d’armes

Selon le journaliste américain Robin Eveleigh de Vice, ce sont en tout 105 millions d’euros d’exportations d’armes vers le Mexique qui ont été autorisées par des États membres de l’UE… rien qu’en 2018. Armes qui ont ensuite été en partie ‘perdues’ ou volées à la police mexicaine.

Les pays européens semblent pourtant encore faire l’autruche quant à la violence croissante au Mexique, alors qu’ils la favorisent indirectement.

Si les États-Unis ont annoncé fin 2019 leur opération ‘Frozen’ pour lutter contre le trafic d’armes au Mexique, une source proche du gouvernement mexicain estime que l’Union Européenne devrait plancher sur un programme similaire…