La défense des droits de l'homme, de la liberté et de la tolérance est le meilleur moyen d'éradiquer le terrorisme pour la Belgique

27/09/2014 18:31

Le Premier minsitre de Belgique, Elio Di Rupo. Photo: ONU

Le Premier Ministre de la Belgique, Elio Di Rupo, a affirmé vendredi, à la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies, que son pays est pleinement engagé dans la lutte contre le terrorisme dans le monde, tout en rendant hommage aux quatre personnes « sauvagement assassinées » au Musée juif de Bruxelles en mai dernier et aux milliers de victimes anonymes de la barbarie dans le monde. 

« La tragédie de Bruxelles est reliée aux évènements qui bouleversent la communauté internationale en ce moment, en Syrie, en Iraq, en Algérie et dans d'autres pays », a dit M. Di Rupo. « Des terroristes assassinent chaque jour des innocents », a-t-il ajouté. 

La trajectoire de l'assassin du Musée juif, un « djihadiste » français qui a séjourné en Syrie puis s'est déplacé en Europe, est commune à beaucoup de combattants étrangers, a fait remarquer le Premier Ministre belge. Ces criminels doivent être « mis hors d'état de nuire ».

M. Di Rupo a indiqué que la Belgique vient de décider l'envoi de six avions de chasse en soutien à la lutte contre le terrorisme en Iraq et il a appelé à l'intensification des échanges d'informations au niveau européen et au sein de l'OTAN.

Pour M. Di Rupo, un effort préventif important doit être fourni pour empêcher le recrutement et le retour des candidats au djihad, notamment au niveau du contrôle des frontières. 

« Ce sont deux conceptions de la vie qui s'opposent », a poursuivi le chef du gouvernement belge en soulignant l'importance de la défense des droits de l'homme, de la liberté et de la tolérance. « Pour nous, la vie n'a pas de prix, pour les terroristes elle ne vaut rien ».

«  Toutefois les actions militaires ne suffisent pas », a concédé M. Di Rupo en indiquant qu'il faut privilégier l'éducation, de même que l'ouverture à autrui et au monde.

Le Premier ministre belge a fustigé « l'échec cuisant des responsables politiques qui ont privilégié la solution militaire et la soi-disant guerre préventive », à laquelle la Belgique avait refusé de participer lors de l'invasion de l'Iraq en 2003. « Comment ne pas voir que les frustrations et les humiliations ont encore renforcé le radicalisme? », a-t-il demandé en affirmant que le renforcement de l'état de droit constitue la meilleure prévention des crises.

Pour le Premier Ministre belge, le bombardement massif de Gaza cet été constitue une autre illustration de ce principe. Le statu quo n'est pas une option, et « il faut remettre le règlement du conflit israélo-palestinien tout en haut de l'agenda de la communauté internationale », a préconisé M. Di Rupo.

Rappelant que six ressortissants belges ont péri dans le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine en juillet dernier, le Premier Ministre a noté que « les éléments actuellement connus sont accusateurs » et il a dit « attendre avec impatience le rapport final des experts indépendants ». 

Enfin, M. Di Rupo s'est félicité du fait que la communauté internationale, le G7 et l'OCDE commencent à se pencher sur l'évasion fiscale, qui est « un enjeu essentiel, à l'instar de la lutte contre la corruption », pour « la moralisation de la finance » au niveau mondial.