La force des liens faibles: ce sont vos connaissances, et non pas vos amis qui vous aideront à trouver un emploi

26/08/2014 20:37

par Mylène Vandecasteele

Dans son livre de 1974, « Getting a job » ('trouver un emploi'), le sociologue Mark Granovetter rapporte qu'il avait interrogé des centaines de professionnels et employés de la ville de Newton, dans la banlieue de Boston, à propos de leur parcours professionnel.

 

Il avait trouvé que 56% d'entre eux avaient trouvé leur emploi grâce à leurs relations personnelles. 18,8% avaient trouvé le leur en utilisant les moyens classiques de recherche d'emploi (annonces, chasseurs de têtes), et près de 20% avaient réussi à décrocher un emploi au moyen d'une candidature spontanée.

Le meilleur moyen de décrocher un emploi est donc de faire jouer son réseau de relations, avait-il conclu.

Mais, de façon intéressante, Granovetter avait découvert que parmi ces relations personnelles, les plus efficaces pour la recherche d'emploi étaient les « liens faibles ».

Parmi ceux qui avaient eu recours à un contact pour trouver un emploi, seulement 16,7% voyaient ce contact « souvent », comme c'est le cas lorsque ce contact est un bon ami.

En revanche, 55,6% ne le rencontraient qu'occasionnellement, et 38% le voyaient même « rarement ».

Les gens ne trouvaient pas leur emploi grâce à l'intervention de leurs amis, mais grâce à des connaissances.

Comment l'expliquer ? Parce que nous sommes plus susceptibles de connaître les mêmes personnes et les mêmes choses que nos amis proches.

Quand ils ont connaissance d'une opportunité, nous la connaissons probablement déjà nous aussi.

Les connaissances, en revanche, « nous donnent accès à des réseaux sociaux auxquels nous n'appartenons pas autrement », et de cette manière, ils nous font connaître des opportunités d'emploi que nous n'aurions pas connues sans cela.