La fuite des cerveaux turque : le quart d'un million d'individus éduqués se sont enfuis

17/10/2018 18:36

Plus de 250 000 Turcs ont quitté leur pays l'année dernière. Plus de 40 % sont des citadins jeunes, souvent avec un très bon niveau d'éducation.

En 2017, plus de 253 000 Turcs ont quitté leur pays « pour des raisons économiques, politiques, sociales et culturelles ». C'est ce qui ressort des chiffres publiés par le Bureau turc des statistiques.

Ce n'est pas un chiffre énorme pour un pays de 80 millions d'habitants, mais il est tout de même inquiétant, car il s'agit d'une augmentation de 42 % par rapport à l'année précédente.

70 % des partants ont moins de 40 ans

70 % de ce nombre a moins de 40 ans et vient des grandes villes de l'ouest du pays. En d'autres termes, ce sont des citadins jeunes qui ont grandi dans les régions les plus développées de Turquie (Istanbul, Ankara, Antalya et Izmir). Les chiffres ne tiennent même pas compte des personnes qui partent uniquement pour étudier, sans se faire enregistrer, ou qui ont quitté le pays illégalement.

Depuis le coup d'État manqué de 2016, les 28 pays de l'UE ont également enregistré 30 000 demandes d'asile supplémentaires présentées par des ressortissants turcs, dont plus de la moitié en Allemagne. Parmi eux, 277 diplomates et 771 Turcs travaillant officiellement à l'étranger pour le gouvernement turc. La plupart d'entre eux sont soupçonnés d'avoir des liens avec le religieux islamique Fetulah Gülen, soupçonné par Ankara d'être à l'origine du coup d'État de juillet 2016.

Le gouvernement turc lui-même parle d'une fuite des cerveaux et d'une situation préoccupante, car les personnes formées avec l'argent des impôts turcs depuis des années quittent maintenant le pays. Il est prévu non seulement de récupérer ces personnes, mais également d'inviter des scientifiques prometteurs du monde entier en Turquie.

Non seulement les diplômés, mais aussi les riches

Mais la Turquie menace également de perdre une grande partie de sa classe de riches. De plus en plus de millionnaires turcs optent pour un exode pour échapper à l'instabilité économique et politique grandissante dans leur propre pays. On sait que six mille millionnaires (en dollars) turcs sont partis à l'étranger l'année dernière. Cela signifie une multiplication par six par rapport à 2015.

Répression politique et détérioration de l'économie

Le fait que tant de personnes partent est donc non seulement une conséquence des purges politiques mises en œuvre depuis 2016, mais également de la détérioration dramatique de la situation économique du pays. Les augmentations de salaire des dernières années ont presque diminué de moitié en raison de la dévaluation de la livre turque. Attirer des étrangers prometteurs semble presque impossible dans un tel contexte.